Le 45e festival du cinéma américain de Deauville (nord-ouest de la France) s’est ouvert vendredi avec un hommage à l’irlando-américain Pierce Brosnan.

Ouverture du festival du film américain de Deauville avec Pierce Brosnan

DEAUVILLE — Le 45e festival du cinéma américain de Deauville (nord-ouest de la France) s’est ouvert vendredi avec un hommage à l’irlando-américain Pierce Brosnan, en attendant la projection dans la soirée du nouveau film de Woody Allen, privé de salles aux États-Unis.

«Je suis très fier de cet hommage. C’est un moment de réflexion: où est passé le temps? Ai-je assez travaillé? Est-ce que je mérite cet honneur», a déclaré, souriant, l’acteur irlandais de 66 ans, sur le tapis rouge, avant l’ouverture.

«Woody Allen est un réalisateur brillant. Son travail fait sens. Je lui souhaite beaucoup de succès», a répondu l’acteur à l’AFP qui lui demandait ce qu’il pensait de la projection en avant-première de «Un jour de pluie à New York» de Woody Allen contestée par certaines féministes en raison d’accusations d’abus sexuels visant le cinéaste.

Pierce Brosnan incarna James Bond dans quatre films entre 1995 et 2002. Les trois premiers épisodes ont engrangé plus d’un milliard de dollars dans le monde, tandis que le quatrième opus a généré près d’un demi-milliard de dollars au box-office mondial.

Pierce Brosnan a une soixantaine de films à son actif.

L’ex 007 succédait sur le tapis rouge à l’actrice française Catherine Deneuve, la présidente du jury, qui récompensera samedi 14 septembre le lauréat des 14 films en compétition, dont six signés par des femmes et neuf premiers films.

La soirée d’ouverture doit s’achever par la projection très attendue du nouveau film de Woody Allen.

Cette avant-première a toutefois fait réagir des féministes aux États-Unis, d’autant que le festival a, comme la Mostra de Venise début septembre, également programmé «American Skin», le nouveau film du réalisateur américain de «The Birth of a Nation», Nate Parker, acquitté en 2001 dans une affaire de viol.

«D’abord Woody Allen et maintenant Nate Parker. C’est juste l’été des agresseurs. Pas d’accord», a twitté la fondatrice du groupe de pression Women and Hollywood, Melissa Silverstein.

Woody Allen a réagi dans un entretien mis en ligne vendredi sur le site de France Inter, estimant que ceux qui l’attaquent «font une erreur».

«Évidemment, ils devraient sortir mon film aux États-Unis, arrêter de m’attaquer, prendre conscience de la vérité...», a ajouté le réalisateur de 83 ans.

Alors que plusieurs célébrités lui ont tourné le dos dans son pays, Woody Allen a reçu récemment deux soutiens de poids: Catherine Deneuve et Scarlett Johansson.

«Il maintient qu’il est innocent et je le crois», a déclaré l’actrice américaine qui a joué dans plusieurs de ses films, dans un entretien publié mercredi dans le magazine américain Hollywood Reporter.

«Les féministes ont quand même des oeillères», a estimé de son côté Catherine Deneuve, interrogée par l’AFP fin août à Paris sur la projection du nouveau Woody Allen à Deauville.

La sortie en salles aux États-Unis de «Un jour de pluie à New York» a été annulée par Amazon lorsque la fille adoptive de Woody Allen a renouvelé en 2018, en pleine vague du  #MeToo, des accusations d’agressions sexuelles à l’encontre du cinéaste datant de 1992.

Mais le film est sorti en Pologne et devrait sortir dans l’ensemble des pays d’Europe d’ici à la fin septembre.

Woody Allen a toujours catégoriquement nié les accusations de Dylan Farrow, qui affirme qu’il a abusé d’elle en 1992 quand elle avait sept ans. La jeune femme est soutenue par sa mère adoptive Mia Farrow et son frère Ronan.