Monsieur et Madame Adelman suit la destinée sentimentale d'un couple mal assorti pendant 50 ans.

Monsieur & Madame Adelman: le couple est un long fleuve tumultueux ***

CRITIQUE / Nicolas Bedos a fait un détour par le théâtre et les livres avant de réaliser son premier long métrage, dont il signe aussi le scénario. Ça paraît. Monsieur & Madame Adelman en garde l'aspect verbeux du premier et romanesque du second. Ce qui le distingue, toutefois, c'est son ton irrévérencieux et caustique alors qu'il radiographie la destinée sentimentale d'un couple mal assorti pendant 50 ans. Le politiquement correct, le jeune réalisateur ne connaît pas.
On voit les deux protagonistes (Doria Tillier et Nicolas Bedos) vieillir grâce à un maquillage qui évite le ridicule.
La comédie dramatique s'ouvre avec les funérailles de Monsieur (Bedos), un écrivain célèbre. Un journaliste vient recueillir les confidences de Madame (Doria Tillier, irrésistible). Comme ça, on veut savoir si «la vieille a tué le vieux», lance-t-elle d'emblée. Le ton est donné. 
À l'aide d'un retour en arrière, le spectateur assiste à la première rencontre entre Victor, fils de bourgeois et auteur incompris complètement bourré, et Sarah, fille modeste dont le manque d'assurance est comblé par une intelligence remarquable. Elle tombe éperdument amoureuse du salaud. Et ne lâchera pas le morceau. On se demande ce qu'elle lui trouve...
Peu importe. Monsieur & Madame Adelman va ensuite chroniquer la relation houleuse et tumultueuse du couple, alors qu'il navigue sur les aléas de la vie : enfants, succès, jalousie, dépression, création... La comédie dramatique fait la belle part à elle alors que lui, en vieillissant, devient de plus en plus aigri et con. Avec, en arrière-plan, toujours, le contexte sociopolitique.
La structure chronologique est portée par une folle énergie, mais plus le film, trop long, progresse, plus il prend l'eau. Ce qui est bien dommage. 
Le style pas encore assuré, Bedos multiplie les allusions à Cassavetes, pour le naturalisme, et à Allen, pour l'humour juif existentiel. Ce qui lui évite, par contre, de sombrer corps et âme dans le mélo.
Outre le fait qu'il a de solides assises sur des personnages principaux qu'on voit vieillir sans coup férir (le maquillage évite le ridicule), le film repose aussi sur ses personnages secondaires truculents : Denis Podalydès en psychologue revenu du tout et Pierre Arditi en beau-père odieux. Les deux acteurs s'en donnent à coeur joie, tout comme Doria Tillier dans son premier grand rôle au cinéma, dans un film qu'elle a coécrit, avec un personnage féminin fort qui vole la vedette.
Sans rien révolutionner, Monsieur & Madame Adelman propose aussi une réflexion sur la création. Le succès littéraire de Victor va de pair avec ses déboires. Il pille sans vergogne dans la vie de ses proches pour s'inspirer. Avec des résultats inégaux, selon la période.
On peut déplorer certaines redondances et une finale éventée. Mais il est plutôt rare qu'on nous serve des dialogues aussi incisifs et qui touchent souvent la cible, surtout sur le couple, source inépuisable de réflexions. Des répliques aussi mordantes, impossible de s'en lasser, même si elles ne subliment pas les défauts de cette première oeuvre, notamment une certaine complaisance envers le matériel.
Alors, la vieille est-elle coupable? À vous d'aller voir. Monsieur & Madame Adelman est tout sauf ennuyant. C'est plutôt rare.
Au générique
Cote:  ***
Titre: Monsieur & Madame Adelman
Genre: comédie dramatique
Réalisateur: Nicolas Bedos
Acteurs: Nicolas Bedos et Doria Tillier
Classement: général
Durée: 2h
On aime: les dialogues incisifs, la folle énergie, la performance irrésistible de Doria Tillier
On n'aime pas: les longueurs, le dernier tiers plus poussif, l'aspect parfois trop verbeux