Pierre (José Garcia), Lola (Ludivine Sagnier) et Benoît (Jean-Paul Rouve) se donnent régulièrement rendez-vous au cimetière, sur la tombe de leurs parents.

Lola et ses frères: Un air de famille *** 1/2

CRITIQUE / Lola, Pierre et Benoît forment une fratrie comme il en existe des milliers. Lorsque des conflits interpersonnels éclatent, les liens du sang les aident à passer l’éponge au nom du souci de l’autre. À cet égard, les trois personnages de la comédie de Jean-Paul Rouve, Lola et ses frères, sont là pour rappeler l’importance de la famille, dans les bons comme dans les moins bons moments de la vie.

Écrite à quatre mains avec le romancier David Foenkinos — également collaborateur de Rouve sur son film précédent, Les souvenirs — cette chronique douce-amère surfe entre drôlerie et tendresse sur les péripéties de ce trio tricoté serré, qui se donne régulièrement rendez-vous sur la tombe de ses parents.

À chaque visite au cimetière, la sœur cadette (Ludivine Sagnier) et ses deux frangins ont de quoi discuter. Que ce soit l’imbroglio autour du (troisième) mariage de Benoît (Rouve), alors que Pierre (José Garcia) s’est mis les pieds dans les plats après avoir oublié, en pleine cérémonie, le nom de sa belle-soeur (Pauline Clément), ou encore l’annonce de Lola, une avocate en droit familial, heureuse d’avoir trouvé l’amour, le vrai, dans les bras d’un client (Ramzy Bédia).

C’est toutefois le personnage de Pierre qui offre au film ses meilleurs moments. Expert en démolition d’immeubles — prétexte à une explosive scène en ouverture, tournée sans effets spéciaux — le quinquagénaire divorcé vit avec son fils intello à qui il dissimule, comme à tout son entourage, ses ennuis financiers découlant de la perte de son emploi. L’archétype de l’homme cherchant à se sortir seul du pétrin, par orgueil ou fausse pudeur.

Ces cachotteries auront pour effet de faire sortir son frère aîné de ses gonds. «À quoi ça sert d’être une famille, si on ne se parle pas? Je ne suis pas qu’un opticien, je suis ton grand frère, merde.» Le Benoît en question n’étant pourtant pas en reste en matière d’immaturité, maladroit qu’il est à saisir les messages de sa nouvelle épouse...

Attachante sans succomber à la mièvrerie, drôle sans verser dans les poncifs, Lola et ses frères est une belle réussite, sympathique à souhait, qui se regarde avec un petit sourire en coin Le récit coule de source, fort du talent de Jean-Paul Rouve à insuffler une âme à des personnages qu’on prend plaisir à voir se dépatouiller dans leurs problèmes du quotidien et à faire front commun pour surmonter les épreuves.

On ne saurait passer sous silence le choix de Rouve de faire appel à une trame musicale composée exclusivement de chansons françaises (Goldman, Fugain, Lama, Souchon,…). Chapeau pour cette initiative, si rare chez le cinéma de nos cousins, éternels abonnés aux airs anglophones.

AU GÉNÉRIQUE

Cote : *** 1/2

Titre : Lola et ses frères

Genre : comédie dramatique

Réalisateur : Jean-Paul Rouve

Acteurs : Ludivine Sagnier, José Garcia, Jean-Paul Rouve, Ramzy Bédia et Pauline Clément

Classement : général

Durée : 1h45

On aime : la belle complicité entre les trois personnages, le jeu sensible de José Garcia, la trame musicale composée de chansons françaises.

On n’aime pas : le personnage un peu «nunuche» de Pauline Clément.