Pour une Isabelle Huppert (photo) en France ou une Meryl Streep aux États-Unis, récompensées aux Golden Globes, une grande majorité d'actrices peinent à trouver des rôles après 50 ans.

Les actrices de plus de 50 ans ne veulent plus être «invisibles»

Passée la cinquantaine, une grande majorité d'actrices peinent à trouver des rôles, dénonce un collectif français qui entend briser ce plafond de verre et voir plus de femmes quinquagénaires représentées à l'écran.
Pour une Isabelle Huppert en France ou une Meryl Streep aux États-Unis, récompensées aux Golden Globes, une grande majorité d'actrices peinent en effet à trouver des rôles après 50 ans : un plafond de verre que des comédiennes françaises entendent briser.
«Les femmes à partir de 50 ans développent un super pouvoir, elles sont invisibles» à l'écran, alors qu'une Française sur deux a plus de 50 ans, dénonce la comédienne Marina Tomé, qui a lancé fin 2015 une commission spécifique au sein de l'association AAFA (Actrices Acteurs de France associés).
L'idée : sensibiliser sur ces années où les actrices sont trop âgées pour jouer des jeunes femmes et trop jeunes pour interpréter des grands-mères. Cette commission réunit à ce jour une quarantaine de personnes.
Autour de la cinquantaine, les rôles pour les femmes se raréfient et les dialogues se tarissent sur le petit comme le grand écran : d'après une étude de Francetv info s'appuyant sur les films produits en France et aux États-Unis en 2012, les dialogues diminuent pour les actrices à partir de 45 ans et - seulement - à partir de 60 ans pour les acteurs.
Jeunisme? Sexisme? «Le vieillissement est toujours plus pénalisant pour les femmes que pour les hommes», pour qui il est associé à une forme de monstruosité, estime Gwenaelle Le Gras, qui enseigne le cinéma à l'université de Bordeaux.
Couples avec des différences d'âge importantes
À l'écran, cela se traduit par des couples avec des différences d'âge importantes, à quelques exceptions près pour un petit club fermé d'actrices célèbres comme Catherine Deneuve (dans Elle s'en va) ou Fanny Ardant (dans Les beaux jours), qui ont eu des partenaires plus jeunes à l'écran.
Si des comédiennes françaises tirent la sonnette d'alarme, la situation est bien pire outre-Atlantique : les actrices entre 45 et 50 ans ne représentent que 4 % des interprètes, selon l'étude de Francetv info, contre 11 % en France.
La comédienne Maggie Gyllenhaal, 39 ans, avait créé l'émotion en 2015 en relatant qu'elle s'était vu refuser un rôle parce qu'elle était «trop vieille» pour jouer l'amante d'un acteur de 55 ans.