Le long métrage <em>Brumes d’Islande</em>, du réalisateur Hlynur Palmason remporte les grands honneurs du Festival international de cinéma Les Percéides et repart avec le grand prix du jury.
Le long métrage <em>Brumes d’Islande</em>, du réalisateur Hlynur Palmason remporte les grands honneurs du Festival international de cinéma Les Percéides et repart avec le grand prix du jury.

Le long métrage Brume d’Islande couronné aux Percéides

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Le long métrage Brumes d’Islande, du réalisateur Hlynur Palmason remporte les grands honneurs du Festival international de cinéma Les Percéides et repart avec le grand prix du jury. Le documentaire très attendu Les Rose, présenté pour la première fois en ouverture du festival, remporte quant à lui le prix du meilleur documentaire.

Le réalisateur québécois Alexandre Dostie obtient, pour sa part, le prix du meilleur court métrage pour Je finirai en prison alors que À la rescousse de l’ours de Louis Bodart reçoit celui du meilleur court métrage Gaspésie-Les-Îles.

Le prix du meilleur court métrage international a été décerné à Da Yie de Anthony Nti qui reçoit également le prix d’interprétation pour ses deux acteurs Prince Agortey et Matilda Enchié. Le grand prix du jury de la section courts métrage et prix de la photographie est remis à Red Wine du Montréalais Santiago Menghini.

Le jury des longs métrages était composé de Maxime Giroux, Alexis Fortier-Gauthier et Renée sous la présidence de Renée Beaulieu et celui des courts métrages de Pierre-Luc Brillant, Naomi Condo et Christophe Chapados.

Le festival rapporte avoir battu des records d’affluence, malgré la pandémie. Lors de la présentation de la première du documentaire Les Rose, en ouverture du festival, plus de 400 personnes s’étaient déplacées au cinéparc Paradiso de Grande-Rivière pour y assister. Il s’agit de la soirée la plus achalandée de l’été pour le Paradiso selon son propriétaire, Rodrigue Huard.