À 21 ans, Ricardo (Jean-Carl Boucher) vit un voyage initiatique où l’entrée dans l’âge adulte s’accompagne autant du vertigineux sentiment de liberté que de la perte de certaines illusions.
À 21 ans, Ricardo (Jean-Carl Boucher) vit un voyage initiatique où l’entrée dans l’âge adulte s’accompagne autant du vertigineux sentiment de liberté que de la perte de certaines illusions.

Le film de la semaine: 1991 ***

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
CRITIQUE / Pourquoi changer une recette quand elle est au point? Il est toujours possible de l’améliorer un peu en y ajoutant un ingrédient exotique. Ce que s’est évertué à faire Ricardo Trogi en tournant la suite de ses aventures autobiographiques en Italie, tout en conservant ce qui a fait le succès de «1981» et «1987» : humour bon enfant, personnages craquants, narration de Trogi et sens du détachement. Avec 1991, le réalisateur québécois signe une comédie divertissante qui ne montre aucun signe d’essoufflement.