Dès mardi, jour prévu de l’ouverture du 38e festival, les amoureux du septième art pourront regarder plus d’une centaine de films prévus à l’horaire du FIFA. Les films seront disponibles sur la plateforme VIMEO, du 17 au 29 mars, soit la durée prévue du festival.
Dès mardi, jour prévu de l’ouverture du 38e festival, les amoureux du septième art pourront regarder plus d’une centaine de films prévus à l’horaire du FIFA. Les films seront disponibles sur la plateforme VIMEO, du 17 au 29 mars, soit la durée prévue du festival.

Le Festival international du film sur l’art offre sa programmation sur Internet

MONTRÉAL — Forcé d’annuler toutes ses activités en raison des mesures de prévention contre la propagation de la COVID-19, le Festival international du film sur l’art (FIFA) de Montréal se tourne vers Internet et appelle les cinéphiles à visionner sa programmation en ligne.

Dès mardi, jour prévu de l’ouverture du 38e festival, les amoureux du septième art pourront regarder plus d’une centaine de films prévus à l’horaire du FIFA. Les films seront disponibles sur la plateforme VIMEO, du 17 au 29 mars, soit la durée prévue du festival. Les détails concernant l’inscription seront disponibles sur le site Internet du FIFA et ses réseaux sociaux.

«Quand on a appris qu’il fallait annuler la tenue du festival, on a vite pensé à un plan B. Pour moi, ce n’était pas une option de baisser les bras et de ne rien faire», a déclaré le directeur général Philippe Del Drago à La Presse canadienne.

Au moment de devoir se résoudre à l’annulation, le directeur du FIFA s’est dit qu’il allait finir enfermé chez lui à devoir regarder «Netflix» comme la plupart des gens confinés à l’isolement.

«Je me suis dit, je ne veux pas regarder Netflix, j’ai envie de voir notre programmation de films sur l’art à la place! C’est un peu une blague, mais c’est quand même un peu comme ça que c’est né. On s’est dit qu’on offrirait le fruit de notre travail aux gens qui sont pris chez eux», explique M. Del Drago.

«Très rapidement, on s’est dit qu’on allait trouver une façon de mettre les films en ligne sachant qu’on avait déjà fait le travail de sélection et de conversion en fichiers numériques», a-t-il ajouté.

L’équipe du FIFA a rapidement informé de sa démarche les créateurs et les ayants droit des films afin d’obtenir leur autorisation. Si quelques réponses négatives ont été reçues pour diverses raisons liées aux droits et à la distribution des oeuvres, la plupart des ayants droit ont spontanément embrassé l’idée.

«Pour l’instant, on a reçu plus d’une centaine de mots d’encouragement de réalisateurs qui nous donnent les droits pour la mise en ligne exceptionnelle de dix jours», révèle M. Del Drago emballé par la tournure des événements. Il s’attend à recevoir davantage de réponses au cours des prochains jours.

Il espère pouvoir diffuser environ 150 films en ligne. Par ailleurs, la version virtuelle du FIFA lui permettra d’élargir grandement son public puisque la sélection cinématographique sera offerte à tous les Canadiens, d’un océan à l’autre.

Le film sélectionné en ouverture du festival, «We are not princesses», des réalisatrices Bridgette Auger et Itab Azzam, sera disponible en ligne au grand bonheur des organisateurs.

«On est très heureux que les réalisatrices acceptent notre proposition parce que c’est un film que l’on voulait défendre ardemment», a reconnu le directeur du FIFA. L’oeuvre documentaire porte sur quatre Syriennes dans un camp de réfugiés de Beyrouth qui s’intéressent au classique «Antigone» de Sophocle.

De l’avis du directeur du festival, cette version virtuelle du FIFA donnera peut-être la chance au grand public de découvrir l’événement dans le confort de leur maison et de s’ouvrir à une autre offre de cinéma.