Le fantôme de Stan Lee, le renard de Wes Anderson

La citation de la semaine

«Un bonheur qu’on ne donne pas, on appelle ça du plaisir.» 

— Madame de La Pommeraye (Cécile de France) à son amie Lucienne (Laure Calamy) dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret

Premières images

«C’est pas du monde comme nous autres», dit-on dans ce premier extrait de Répertoire des villes disparues. Évidemment, on est chez Denis Côté! Alors quand des étrangers surgissent à Irénée-les-Neiges, village perdu de 215 âmes, les locaux sont envahis par l’inquiétude, surtout après la mort de l’un d’eux en voiture. Le réalisateur de Curling (2010) et de Vic + Flo ont vu un ours (2013), l’un de nos meilleurs cinéastes, aime cultiver les climats étranges et ce premier coup d’œil, avec sa trame sonore à la Trent Reznor, s’avère dans la note. Très hâte. Sortie prévue: février 2019.

Fondu au noir

À force de le voir apparaître dans tous les longs métrages Marvel, un beau clin d’œil, on croyait presque à l’immortalité de Stan Lee! Malheureusement, l’Américain qui a révolutionné le monde de la bande dessinée et bouleversé la culture populaire s’est éteint lundi à 95 ans. On pourrait discuter longuement de l’hégémonie des films de superhéros sur la cinématographie mondiale, mais ce n’est pas le moment. Contentons-nous de lui rendre un hommage bien mérité avec cette vidéo qui recense son plaisir de surgir un instant, comme Hitchcock, dans les films qu’il a contribué à mettre au monde.

Arrêt sur image

On a appris récemment que l’excellent L’île aux chiens de Wes Anderson sera de la course aux Oscars pour le long métrage d’animation. Pas une grosse surprise: il a remporté l’Ours d’argent du meilleur réalisateur à Berlin en début d’année. Le grand créateur s’était déjà fait la main avec Fantastique Maître Renard, nommé aux Oscars et Cristal du meilleur long au festival d’Annecy (l’équivalent du festival de Cannes pour l’animation). Il y a neuf ans, mardi, que les aventures du Renard amateur de cidre ont vu le jour sur grand écran.

Retour en arrière

Cécile de France — qui est Belge, en passant — a enchaîné les rôles de jeune femme craquante, mais sans se reposer sur sa seule beauté. Un indéniable talent d’actrice lui a permis de naviguer entre les rôles de premier plan pour des films grand public et de cinéma d’auteur autant que les seconds rôles marquants (sa Isabelle dans Les poupées russes de Klapisch lui vaut un César en 2006). C’est toutefois l’année suivante, avec sa présence rayonnante dans Quand j’étais chanteur de Xavier Giannoli, où elle donne la réplique à Depardieu et obtient une nomination aux Césars (vidéo), qu’elle devient une réelle tête d’affiche. On peut voir l’actrice de 43 ans briller au cinéma en ce moment dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret.