La liste: 5 œuvres fumeuses sur le cannabis

1. Faut trouver le joint (Lou Adler, 1978)

Faut trouver le joint (Up in Smoke) est le premier de la demi-douzaine de longs métrages des hurluberlus Cheech et Chong. Et un classique du genre. Le duo de comédiens s’est inspiré de l’époque hippie et de la contre-culture pour ces films qui se résument à les voir chercher de l’herbe et à la fumer. C’est du moins mon souvenir embrouillé... Éric Moreault

2. Ent’ deux joints (Pierre Bourgault et Robert Charlebois, 1973)

La populaire chanson de Robert Charlebois, écrite par Pierre Bourgault en 1973, est un cri du cœur pour le projet d’indépendance, confrontée à l’apathie et l’indifférence d’un trop grand nombre. «En’t deux joints, tu pourrais faire qu’chose, ent’ deux joints, tu pourrais t’grouiller l’cul.»  Un classique. Normand Provencher

3. Beauté américaine (Sam Mendes, 1999)

Dans ce film de Sam Mendes, lauréat de cinq Oscars en 2000, dont celui du meilleur long-métrage, Kevin Spacey incarne Lester Burnham, un homme frappé par la crise de la quarantaine. En froid avec sa femme infidèle, notre antihéros s’enferme dans son garage pour faire des haltères, fantasmer sur la copine de sa fille adolescente et… fumer des pétards. Normand Provencher

4. Les mauvaises herbes (Louis Bélanger, 2016)

Dans ce film de Louis Bélanger, un comédien pourchassé par un malfrat pour des dettes (Alexis Martin) aboutit au fond de la campagne, chez un producteur clandestin de cannabis (Gilles Renaud), qui le force à prendre soin de sa culture en serre. Une comédie qui fait rigoler sans avoir besoin d’en fumer du bon… Normand Provencher

5. Weeds (2005-2012)

Comédie noire et irrévérencieuse, Weeds met en scène une mère monoparentale de deux garçons qui se met à vendre du pot pour subvenir à leurs besoins. La série en profite pour rire des banlieusards superficiels pour qui seule l’apparence compte. Et se moquer de quelques tabous sur la marijuana. Très politiquement incorrect et drôle… Éric Moreault