La liste: 5 films incontournables des Fêtes

1. Le sapin a des boules (Jeremiah S. Chechik, 1989)

Le fait que cette comédie ridicule soit devenue un film-culte demeure l’un des plus grands mystères de l’histoire du cinéma. Les déboires de Clark Griswold (Chevy Chase), qui essaie de faire vivre un réveillon traditionnel à sa famille (les lumières qui n’allument pas, la dinde carbonisée, le cousin cinglé, le chat électrocuté et le fichu boni des Fêtes qui n’arrive pas, etc.) reviennent hanter notre petit écran année après année. POURQUOI? Geneviève Bouchard

2. Réellement l’amour (Richard Curtis, 2003)

Voilà déjà 15 ans que ce film choral s’est imposé comme un bijou de comédie romantique, mais aussi comme un classique instantané du temps des Fêtes. On y rit (la scène où Rowan Atkinson emballe un cadeau pour un Alan Rickman catastrophé est une pièce d’anthologie) et on y pleure (avec Emma Thompson sur fond de Joni Mitchell) dans cette galerie où l’amour sous toutes ses formes est célébré. Geneviève Bouchard

3. Noël chez les Muppets (Brian Henson, 1992)

Qu’est-ce que ça prenait pour améliorer l’incontournable conte de Charles Dickens? Des Muppets, bien entendu! Dans cette relecture on ne peut plus sympathique, l’acteur Michael Caine se glisse dans les souliers du pingre Scrooge, qui aura une révélation au contact des spectres des Noëls passés, présents et futurs. Bah humbug! Geneviève Bouchard

4. L’étrange Noël de Monsieur Jack (Henry Selick, 1993) 

Évidemment, dans l’esprit tordu de Tim Burton, un film de Noël d’animation prend son origine dans la ville… d’Halloween! Anti-conte du temps des Fêtes au premier coup d’œil qui verse dans l’horreur et le fantastique, ce long métrage se révèle un appel à la tolérance et à retrouver le véritable esprit du partage. Un classique. Éric Moreault

5. Le père Noël est une ordure (Jean-Marie Poiré, 1982)

Cette comédie noire sur les tribulations de personnages farfelus gravitant autour d’un centre d’appels pour personnes suicidaires, la veille de Noël, est devenue un classique des Fêtes depuis sa sortie en 1982. On avoue un faible pour le personnage joué par Thierry «Oui, c’est cela» Lhermitte, et celui, un peu coincé, d’Anémone, experte dans l’art de tricoter des trucs plus que douteux… Normand Provencher