Kubo, un petit garçon borgne, sera notamment par un guerrier mi-samouraï, mi-coléoptère, afin de mener à terme la quête non terminée de son paternel.

Kubo et l'épée magique: trépidant périple *** 1/2

Dans un Japon imaginaire et fantastique, Kubo et l'épée magique nous entraîne dans un trépidant périple où un jeune garçon courageux tente de rassembler une armure magique pour se protéger de son terrible et puissant grand-père.
La beauté des images produites par le studio Laika, qui ont signé Coraline et Trolls en boîte, atteint ici de nouveaux sommets. On plonge dès l'ouverture entre d'immenses vagues sombres et menaçantes, dont les multiples crochets font penser aux estampes d'Hokusai. Munie d'un shamisen, une sorte de banjo à trois cordes, une femme fend la tempête en faisant résonner son instrument magique pour mettre son nourrisson à l'abri.
Nous sommes entre la légende japonaise et le mythe grec, propulsés dans une histoire de vengeance et de filiation qui baigne dans une aura magique. On y suit Kubo, un petit garçon borgne qui passe ses journées au village à raconter des histoires épiques où un samouraï, son père disparu, affronte les créatures les plus fabuleuses. Il crée ses personnages de papier avec la force de son esprit et son shamisen, un don qui lui sera bien utile pour les épreuves qu'il devra traverser.
Lorsqu'un soir, il reste hors du logis après le coucher du soleil, il déclenche une série d'événements qui l'obligent à mener à terme la quête non terminée de son paternel. Il sera aidé par un singe autoritaire et protecteur, par un guerrier mi-samouraï, mi-coléoptère et par un petit homme en papier, des alliés à l'originalité rafraîchissante dans le grand défilé des films pour enfants.
On le suit avec bonheur dans ses péripéties aux décors fantastiques - désert de neige rempli des vestiges d'une civilisation disparue, eaux profondes peuplées d'yeux immenses, temple laissé à l'abandon, cimetière peuplé de lanternes et de fantômes - jusqu'à ce que ses ennemis, et ses alliés, révèlent leur vraie nature.
Au-delà de la beauté des images et des aventures trépignantes du petit héros, le texte a également le mérite de ne pas se complaire dans les clichés. En puisant aux thèmes universels - la vie, l'amour, la mort, le deuil, la condition humaine -, les auteurs créent une histoire et des dialogues d'une belle profondeur. Quelques moments d'humour, qui auraient toutefois pu être plus nombreux, permettent d'alléger un peu cette sombre quête à l'issue surprenante.
Au générique
• Cote : *** 1/2
• Titre : Kubo et l'épée magique
• Genre : film d'animation, film d'aventures
• Réalisateur : Travis Knight
• Classement : général
• Durée : 1h41
On aime : l'originalité du samouraï coléoptère, des figurines de papier, les images à couper le souffle et la beauté singulière des dessins
On n'aime pas : un peu plus d'humour aurait pu alléger certains passages