De gauche à droite, le réalisateur Xavier Legrand, l'actrice Lea Drucker et le producteur Alexandre Gavras

«Jusqu’à la garde» couronné meilleur film à la cérémonie des César

PARIS — La France célébrait la grande fête de son cinéma, vendredi soir, lors de la Cérémonie des César à Paris.

Grand favori de la soirée, avec dix mises en nomination, le film «Jusqu’à la garde» signé Xavier Legrand, est sorti grand vainqueur de la soirée animée par l’acteur Kad Merad.

«Merci pour ce cadeau magnifique», a commenté Xavier Legrand avec émotion avant de remercier son équipe et le festival de Venise pour la vitrine qu’il a offerte à son oeuvre.

En plus du César du meilleur film, l’équipe de «Jusqu’à la garde» a également obtenu la palme du meilleur montage et du meilleur scénario original. Mais surtout, sa vedette Léa Drucker a remporté le prix convoité de la meilleure actrice.

Les autres grands lauréats de la soirée sont notamment Jacques Audiard, sacré meilleur réalisateur pour «Les Frères Sisters», ainsi qu’Alex Lutz, qui a mis la main sur le prix du meilleur acteur pour son rôle dans «Guy». Un film qu’il a lui-même écrit et réalisé.

Dans ses remerciements, Jacques Audiard a voulu rendre hommage à ses pairs. «J’admire mes confrères et mes consoeurs. Si je fais du cinéma, c’est parce que vous en faites. Faites de bons films et je continuerai de temps en temps à en faire», a-t-il déclaré.

Les prix de seconds rôles ont été remis à Karin Viard pour son jeu dans «Les Chatouilles» et à Philippe Katerine pour son interprétation dans «Le Grand bain».

Le drame japonais «Une affaire de famille», déjà récipiendaire d’une Palme d’or à Cannes, a ajouté le César du meilleur film étranger à son palmarès.

À titre de meilleurs espoirs, c’est le duo d’acteurs de «Shéhérazade» qui a été couronné, soit Kenza Fortas et Dylan Robert.