Hors champ

La réplique de la semaine
«Nous n'avons rien à perdre que nos chaînes et un monde à gagner.»
- Citation inspirée de Karl Marx dite en voix hors champ pendant que les quatre terroristes en herbe de Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau (Mathieu L. Denis et Simon Lavoie) préparent des enveloppes contaminées...
Premières images
Demain tout commence est un véritable succès populaire en France : 3 millions d'entrées depuis sa sortie début décembre. Le touchant film d'Hugo Gélin (Tous des frères) sur la drôle de relation entre un père et sa petite fille compte évidemment sur Omar Sy comme aimant. Mais il a aussi un atout caché : Antoine Bertrand dans un incroyable contre-emploi, celui d'un producteur de cinéma homosexuel très affiché... Pas de date annoncée pour le moment, mais comme un distributeur québécois a acheté le long métrage, ça va finir par sortir.
Retour en arrière
Christian Bale a eu 43 ans lundi. L'acteur britannique, véritable caméléon et as de la métamorphose, est surtout connu pour son rôle de Batman dans la trilogie de Christopher Nolan. Mais il a offert quantité d'incroyables prestations, notamment dans l'excellent Le coup de grâce (The Fighter, David O. Russel, 2010), qui lui a valu l'Oscar de l'acteur de soutien. Sa réputation est toutefois véritablement née avec sa suave performance de Patrick Bateman dans American Psycho (Mary Harron), il y a tout juste 17 ans, en première à Sundance.
Fondu au noir
Dure semaine pour les cinéphiles. Coup sur coup, deux grands acteurs nous ont quittés : sir John Hurt, à 77 ans, et Emmanuelle Riva, à 89 ans. Le plus impressionnant, c'est qu'ils ont continué à tourner jusqu'à la fin. Hurt (L'homme éléphant, 1984) a encore quatre films en réserve. Riva était moins connue, mais elle a gagné le César de la meilleure actrice pour le bouleversant Amour d'Haneke (2013) et obtenu une nomination à l'Oscar. C'est toutefois en 1959 qu'elle devient mondialement célèbre avec son rôle principal dans Hiroshima mon amour, le chef-d'oeuvre d'Alain Resnais d'après l'oeuvre de Marguerite Duras.
Zoom
Mahershala Ali a livré un discours inspiré et inspirant en gagnant le très mérité prix du meilleur second rôle dans l'excellent Moonlight (Barry Jenkins), remis par la Guilde américaine des acteurs (SAG Awards). L'acteur a notamment témoigné de l'importance de prendre soin de ceux qui sont rejetés par leur communauté et de mettre nos différences de côté. Après la tragédie de Québec, son témoignage de musulman devrait avoir une profonde résonance auprès de bien des gens... (la vidéo est en anglais)