Hors champ

La réplique de la semaine
«Le secret, c'est la sécurité, et la sécurité, c'est la victoire.» 
- Corbin O'Brian (Rhys Ifans), le mentor d'Edward Snowden (Joseph Gordon-Levitt), dans Snowden d'Oliver Stone
Première image
Le Festival de cinéma de la ville de Québec présente ce vendredi et le 22 septembre Paterson de Jim Jarmusch. Son film aérien est un magnifique poème minimaliste, du cinéma réduit à son expression la plus pure, porté par Adam Driver, qui livre, dans le rôle-titre, une composition subtile et à fleur de peau. Mais ce n'est pas le seul film que présentait le réalisateur à Cannes cette année. Il y avait aussi Gimmer Danger, documentaire sur l'épopée des Stooges - le chanteur du légendaire groupe punk n'était nul autre qu'Iggy Pop. Voici enfin une photo extraite du long métrage qui prend l'affiche le 28 octobre.
Retour en arrière
Embrasse-moi comme tu m'aimes, en salle vendredi, n'est pas le premier film «d'époque» d'André Forcier. En 2009, il lançait Je me souviens, un de ses plus beaux longs métrages, qui explorait une période noire du siècle dernier : le combat des mineurs à l'ère du duplessisme. Roy Dupuis et Céline Bonnier, qui sont encore de la partie dans son très réussi nouvel opus, y sont bien en évidence. À (re)découvrir.
Arrêt sur image
Desmond Llewelyn aurait eu 102 ans le 12 septembre - l'acteur est malheureusement décédé en 1999 dans un accident d'auto. Triste ironie pour celui qui, pendant ses 17 longs métrages dans la peau de Q, a fourni quantité de bolides indestructibles (ou presque) à James Bond. De Bons baisers de Russie (1963) à Le monde ne suffit pas (1999), il est le seul interprète à avoir joué avec cinq acteurs différents qui ont endossé le smoking du célèbre 007. Il laisse un souvenir impérissable avec son humour pince-sans-rire et sa bonhomie.