Hors champ

La réplique de la semaine
«Je la baise trop vite et je la peins trop longtemps.»
- Paul Cézanne (Guillaume Gallienne) à Émile Zola (Guillaume Canet) dans Cézanne et moi de Danièle Thompson
Premières images
Disney planifie chacun de ses mouvements pour créer le plus d'impact possible. D'où la parution pendant la fin de semaine de Pâques du premier extrait de Star Wars VIII. La chose a été disséquée ad nauseam sur les médias sociaux, je vous épargne toutes ces considérations. Seulement mentionner que ce nouveau chapitre se déroule immédiatement après le précédent. Et vous dire qu'on le dépose ici juste au cas où vous seriez en hibernation depuis une semaine. Sortie prévue: 15 décembre
En tournage
Décidément, Jo Nesbø a la cote en ce moment. L'auteur des célèbres polars qui mettent en scène l'inspecteur Harry Hole verra un autre de ses romans adaptés. Le tournage du Bonhomme de neige par le cinéaste suédois Tomas Alfredson, avec Michael Fassbender dans le rôle de Hole, n'est pas encore complété (vidéo) qu'on annonce que Baltasar Kormákur réalisera I Am Victor. Comme si ce n'était pas assez d'avoir le réalisateur de Contrebande (2012) aux commandes, Neal Purvis et Robert Wade plancheront sur le scénario - le duo britannique a coécrit six James Bond dont les récents Skyfall et Spectre.
Retour en arrière
Il semble que l'iconoclaste Paolo Sorrentino soit prêt à revenir au cinéma après sa télésérie The Young Pope. Le réalisateur italien aurait réussi à remettre sur les rails son projet de longue date sur Silvio Berlusconi, l'ex-premier ministre et magnat des médias souvent condamné par la justice. C'est Toni Servillo qui jouerait «le caïman» (comme dans le film du même nom de Nanni Moretti). L'acteur a déjà interprété Giulio Andreotti, président du Conseil, pour Sorrentino dans Il Divo (2008), mais aussi un critique d'art désabusé dans La grande bellezza, qui a obtenu l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2014. Un rôle inoubliable pour un film qui l'était beaucoup moins.
Zoom
L'immortel Charlie Chaplin aurait eu 128 ans dimanche. Oui, je sais, personne n'a vécu aussi vieux. Mais ses films, eux, continuent à nous illuminer de leur grâce et leur profond humanisme. Pour l'occasion, voici un documentaire sur Les lumières de la ville (1931), un de ses classiques, qui rappelle que l'homme pouvait nous faire rire et nous tirer quelques larmes, parfois dans la même scène...