Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Félix part en expédition son chat Ulysse, le vieux Tom et Quack, le perroquet pirate.
Félix part en expédition son chat Ulysse, le vieux Tom et Quack, le perroquet pirate.

Félix et le trésor de Morgäa: l’île mystérieuse *** [VIDÉO]

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
CRITIQUE / Les artisans de Félix et le trésor de Morgäa ne pouvaient rêver d’un meilleur scénario pour la sortie du long métrage d’animation, qui coïncide avec la réouverture des cinémas après plusieurs mois d’inactivités dus à COVID-19. Les jeunes cinéphiles y trouveront un conte contemporain profondément enraciné dans notre réalité, mais dont le récit abracadabrant plaira aux plus crédules.

Le père de Félix est disparu au large des Îles-de-la-Madeleine depuis deux ans. Alors que sa mère profite de vacances bien méritées, le garçon tente de convaincre Tom, le vieux marin qui habite le phare de Cap-aux-Meules, de partir en expédition. Leur destination : l’Île-de-la-Nuit-Éternelle, où aurait pu s’échouer le paternel…

Le duo navigue avec Quack, le perroquet pirate de Tom, et Ulysse, le chat de Félix qui se prend pour un chien. Une tempête va les précipiter sur les récifs de l’île. Sur celle-ci, ils vont découvrir une cité souterraine où la mégalomane Morgäa convie ses disciples à une transformation qui s’apparente au mirage de la fontaine de Jouvence.

Une fois prisonniers, la folle équipée doit absolument trouver un moyen de s’échapper...

Leurs péripéties loufoques veulent évidemment divertir, mais elles suscitent aussi une réflexion sur le vieillissement, la peur de celui-ci chez certains, et l’obsession de demeurer jeune à tout prix (la transformation que subissent les adeptes du culte de Morgäa réfère directement à la chirurgie esthétique).

L'action se déroule au large des Îles-de-la-Madeleine.

Depuis plus d’une dizaine d’années, les Productions 10e Ave font la promotion d’un cinéma conçu au Québec. La légende de Sarila, Le coq de St-Victor ou encore Nelly et Simon : Mission yéti obtiennent une résonance internationale. L’exploit s’avère d’autant plus remarquable compte tenu des faibles budgets en jeu si on compare aux géants hollywoodiens.

La réalisation de Nicola Lemay n’en pâtit pas, d’ailleurs. Il a la main heureuse en épousant le point de vue de Félix, adoptant des plans larges lorsque le jeune héros porte son regard sur le paysage et des gros plans lors des moments plus chargés en émotion. De la même façon, le cinéaste a su doser ses effets sur le plan du rythme, laissant les scènes se développer lorsque requis et accélérant lorsqu’il y a plus d’action.

On sera donc plus indulgent pour l’animation saccadée. Et le rendu est plus cartoonesque que réaliste.

Ce qui n’empêche pas Félix et le trésor de Morgäa d’aborder des thèmes actuels avec un certain sérieux. Max, l’ami de Félix, est tellement dépendant aux jeux vidéos qu’il ne sort jamais de sa chambre. De toute évidence, ses parents absents laissent le garçon à lui-même…

Le film traite aussi par la bande de ces bobos fortunés qui se procurent des résidences de villégiature dans un but spéculatif sans respect pour les locaux. Bien qu’abordé sous un trait humoristique, le portrait s’avère assez juste.

Le plus important demeure néanmoins le personnage de Félix, qui incarne une forme de résilience, certes, mais surtout de détermination et de débrouillardise. Pas question de laisser sa quête du père freinée au premier écueil !

Le conte permet beaucoup de licence, mais on a tiré pas mal fort sur l’élastique pour ce film. Par exemple lorsque l’intrépide Félix part seul en mer en zodiac et qu’apparaît Tom pour le sauver de son naufrage. Mais c’est toute l’idée de cette cité souterraine qui ne résiste pas au filtre d’une certaine crédibilité.

Mais est-ce si grave ? On peut apprécier le divertissement ludique offert par Félix et le trésor de Morgäa. De toute évidence, ses créateurs n’ont pas voulu se prendre trop au sérieux. En ce moment, ça peut faire beaucoup de bien.

Félix et le trésor de Morgäa est présenté au cinéma.

Au générique

Cote : ***

Titre : Félix et le trésor de Morgäa

Genre : Animation

Réalisateur : Nicola Lemay

Durée : 1h22