Jennifer Lawrence et Chris Pratt dans Passagers

Deux étoiles et un voyage fatal

Chris Pratt et Jennifer Lawrence, deux des plus grandes stars hollywoodiennes du moment, incarnent dans Passagers des inconnus embarqués pour un voyage spatial de 120 ans vers une planète lointaine, mais qui sortent d'hibernation quelque 90 années trop tôt.
Pratt et Lawrence incarnent Jim et Aurora, un ingénieur et une journaliste qui tentent de découvrir pourquoi leur cabine d'hibernation ne fonctionne pas. Et ils réalisent alors que leur engin spatial est sur le point de tomber en panne, menaçant la survie des quelque 5000 autres passagers en hibernation.
Pour les critiques, qui éreintent ce film de Morten Tyldum, ce sont les spectateurs qui risquent de trouver le temps bien long devant cette grosse production au budget estimé à 120 millions$.
Entertainment Weekly le décrit comme «un exposé de science-fiction risible de deux heures sur le syndrome de Stockholm», tandis que le Hollywood Reporter conclut qu'une «conception brillante et le pouvoir d'attraction de stars ne suffisent pas à empêcher ce vaisseau de sombrer».
«Quand j'ai lu le script et qu'on m'a dit d'imaginer Jen Lawrence dans le rôle principal, je me suis dit ''wow, d'accord!''», raconte en riant Chris Pratt, lors d'une conférence de presse à Los Angeles.
L'acteur de 37 ans fait partie des poids lourds de Hollywood depuis le succès de Jurassic World en 2015, coproduit par Steven Spielberg, et des superhéros loufoques des Gardiens de la galaxie.
Sa partenaire à l'écran s'était elle aussi déjà aventurée dans la science-fiction avec le personnage de Katniss Everdeen dans la saga post-apocalyptique Hunger Games, qui a généré près de 3 milliards$ de recettes au box-office et fait d'elle une vedette planétaire.
Début révulsant
Avec déjà un Oscar pour Le bon côté des choses en 2013 et trois autres nominations à son actif à 26 ans, elle est aujourd'hui la comédienne la mieux payée du monde.
Elle s'est publiquement indignée de l'écart de salaires entre les stars masculines et féminines à Hollywood.
Un coup de gueule qui pourrait avoir marché: plusieurs publications spécialisées évaluent son salaire pour Passagers à environ 20 millions$, tandis que Pratt aurait empoché 10 à 12 millions$.
«J. Law» décrit le film, sorti mercredi sur nos écrans, comme «l'histoire la plus originale que j'aie lue depuis très longtemps» et dit n'avoir pas pu lâcher le script.
«Tout est focalisé sur la relation très humaine entre ces deux personnes», «j'en suis tombée amoureuse tout de suite, et Chris était déjà attaché au projet alors j'ai dit ''oui'' le plus vite possible», ajoute-t-elle.
Les critiques ne partagent pas son enthousiasme, certains affirmant que le film se tire une balle dans le pied dès le départ.
Lorsque Jim se réveille par accident de son hibernation, il sort volontairement du sommeil Aurora pour rompre sa solitude, un acte égoïste qui fait d'elle sa victime et mine l'empathie des spectateurs pour son personnage.
«C'est un début incroyablement révulsant», estime le quotidien britannique The Guardian, malgré «l'alchimie magique entre Lawrence et Pratt».
Les critiques se montrent toutefois un peu plus indulgents concernant la performance de Michael Sheen, qui s'est mondialement fait connaître pour avoir incarné un vampire puis un loup-garou dans les sagas Twilight et Underworld.
Le Gallois de 47 ans incarne Arthur, un barman androïde qui doit trouver un équilibre dans son statut mi-robot, mi-humain. Il était «surexcité le premier jour du tournage de rencontrer Jen et Chris», décrit-il lors de la conférence de presse. «Puis on m'a donné les collants verts que je devais porter tout le temps, et j'ai su que je n'avais plus aucune chance avec Jen.»