Le festival se tient durant un mois, jusqu’au 18 février. Pour sa précédente édition en 2018, les courts et longs-métrages mis en ligne avaient été visionnés 12 millions de fois.

Cinéma: lancement vendredi du festival en ligne MyFrenchFilmFestival

PARIS — Dix films courts et 10 longs-métrages seront en compétition à partir de vendredi pour la 9e édition de MyFrenchFilmFestival, seul festival de cinéma francophone en ligne, créé par Unifrance, qui promeut et accompagne le cinéma français à l’étranger.

Le festival se tient durant un mois, jusqu’au 18 février. Pour sa précédente édition en 2018, les courts et longs-métrages mis en ligne avaient été visionnés 12 millions de fois.

Sous-titrés en 11 langues, les films sont en compétition pour trois récompenses: un prix décerné par des cinéastes, un prix du public et un prix de la presse internationale.

Comédies, thrillers ou romances, la sélection est éclectique: on trouve aussi bien Guy, de l’humoriste et comédien Alex Lutz, que Fleuve noir, un thriller réalisé par Erick Zonca.

Comme dans un festival classique, il s’agit de récompenser des réalisateurs et réalisatrices pour leurs oeuvres. Mais diffuser en ligne permet surtout de faire connaître le cinéma français à des publics étrangers pour «faire exister les films dans énormément de territoires à la fois», souligne Coralie Fargeat, réalisatrice et membre du jury des cinéastes, auprès de l’AFP.

En Europe et en Amérique du Nord, les spectateurs intéressés devront payer 1,99 euro par film ou 7,99 euros pour visionner l’ensemble des longs-métrages disponibles. La gratuité sur les autres continents vise à attirer des publics moins enclins à payer pour regarder des films en ligne.

Populaire en Amérique Latine et en Chine, où le visionnage y est gratuit, MyFrenchFilmFestival cherche à atteindre des populations plus jeunes (25 à 35 ans), curieuses du cinéma français, «là où (elles) sont, sur tablettes et ordinateurs», précise le président d’Unifrance Serge Toubiana.

Les oeuvres en lice seront également disponibles sur des plateformes à la demande comme iTunes ou Amazon.

À l’étranger, d’autres festivals se sont aussi ouvert au numérique, à l’image du Sundance et du Tribeca Film Festivals américains.