Le documentaire de Jennifer Baichwal, Edward Burtynsky (photo) et Nicholas de Pencier, réquisitoire environnementaliste, porte sur les bouleversements qu’ont connus les écosystèmes de la Terre depuis la révolution industrielle.

«Anthropocène» décroche le prix du meilleur film canadien

TORONTO — «Anthropocène: L’époque humaine» a remporté le Prix Rogers du meilleur film canadien, d’une valeur de 100 000 $.

Le documentaire de Jennifer Baichwal, Edward Burtynsky et Nicholas de Pencier, réquisitoire environnementaliste, porte sur les bouleversements qu’ont connus les écosystèmes de la Terre depuis la révolution industrielle.

Le prix de l’Association des critiques de films de Toronto (TFCA) a été remis lors d’une cérémonie à Toronto, animée par le directeur artistique et co-responsable du Festival international du film de Toronto (TIFF), Cameron Bailey.

En acceptant cet honneur, Jennifer Baichwal et Nicholas de Pencier ont déclaré qu’ils partageraient le prix en argent avec les deux autres finalistes, ainsi que pour une initiative du TIFF pour soutenir les femmes dans le cinéma.

Ces finalistes, Sofia Bohdanowicz, réalisatrice de «Maison du bonheur», et Sadaf Foroughi, réalisatrice de «Ava», ont également reçu chacune 5000 $ de Rogers Communications.

«Anthropocène» est un projet multidisciplinaire qui comprend également une exposition d’art.

Il s’agit du dernier film d’une trilogie, après «Manufactured Landscapes» et «Watermark».

Le mois dernier, l’Association des critiques de films de Toronto avait décerné à «Roma» deux de ses prix les plus prestigieux.

Le drame en noir et blanc d’Alfonso Cuarón, qui raconte l’histoire d’une femme de ménage travaillant pour une famille de la classe moyenne à Mexico, a été sacré meilleur film par la TFCA.

L’association a également décerné le prix du meilleur réalisateur à Alfonso Cuarón («Y tu mama también», «Gravité»).