<em>Songbird</em>, un tournage à éviter

Cinéma

Songbird, un tournage à éviter

LOS ANGELES — Le syndicat qui représente les acteurs hollywoodiens a demandé jeudi à ses membres de ne pas travailler sur le prochain thriller pandémique Songbird, affirmant que les cinéastes n’ont pas été transparents au sujet des mesures de sécurité mises en place et n’ont pas signé les accords adéquats pour le film, qui fait partie des premiers en production depuis le confinement lié à la pandémie de COVID-19.

Les acteurs auraient jusqu’ici répété à distance pour le film, produit par Michael Bay et réalisé par Adam Mason.

La fiche de préproduction du film sur le site IMDbPro.com indique qu’il met notamment en vedette Demi Moore, Peter Stormare et Craig Robinson. Sa description va comme suit : «Dans un monde post-pandémique, un virus encore plus grave continue de muter.»

Mais la Screen Actors Guild-American Federation of Television and Radio Actors (SAG-AFTRA) a rendu une ordonnance demandant à ses membres de ne pas travailler sur le film, déclarant que la société de production «n’avait pas conclu le processus de signature», et que travailler sur le film pourrait entraîner des sanctions disciplinaires.

«Les producteurs n’ont pas été transparents sur leurs protocoles de sécurité et c’est quelque chose que nous prenons évidemment très au sérieux, a déclaré un porte-parole de la SAG-AFTRA dans un communiqué. De plus, comme indiqué dans l’ordonnance, les producteurs n’ont pas encore signé notre accord. Nous n’avons pas d’autre commentaire.»

Le film fait partie des premiers à tenter de reprendre la production après la longue fermeture des plateaux. Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a donné le feu vert à la reprise des tournages dans l’État depuis le 12 juin, à condition que des restrictions strictes pour éviter la propagation du coronavirus soient mises en place.

Des messages demandant des commentaires des sociétés de production du film et des représentants de Michael Bay et d’Adam Mason sont demeurés jusqu’ici sans réponse.

L’une des sociétés, Invisible Narrative, a déclaré à «Deadline» : «Nous travaillons activement à résoudre ce problème de paperasse avec la guilde.»

Réouverture des cinémas: l’optimisme à l’affiche à Québec [VIDÉO]

Cinéma

Réouverture des cinémas: l’optimisme à l’affiche à Québec [VIDÉO]

Plongées dans le noir en permanence depuis plus de trois mois, les salles de cinéma ont recommencé à s’animer sous le feu des projecteurs, vendredi matin. Au Clap, le personnel affichait un large sourire sous leur masque de protection, heureux de voir revenir au bercail les irréductibles du septième art, ces derniers au septième ciel à l’idée de retrouver le plaisir du grand écran et l’odeur du pop-corn.

Pour l’ancien cinéma de la Pyramide, ce 3 juillet représentait en quelque sorte la prise deux d’un tournage qui venait à peine de s’amorcer. Le Clap Sainte-Foy avait inauguré ses installations dernier cri le 6 décembre. À la mi-mars la pandémie obligeait au grand confinement.

Ce n’était rien pour démoraliser le fondateur et copropriétaire du Clap, Michel Aubé, rencontré vendredi matin, alors qu’il veillait à peaufiner les derniers détails de la réouverture au public. Le coup a été dur à encaisser, mais l’optimisme reste à l’affiche.

«On était sur une lancée. La réponse du public était au-delà de nos espérances, puis est arrivé ce que l’on sait, mentionne-t-il. Mais on repart avec le même enthousiasme. Notre clientèle nous a fait savoir qu’elle serait au rendez-vous.»

Une nouvelle étape dans la carrière d’Antoine Olivier Pilon

Cinéma

Une nouvelle étape dans la carrière d’Antoine Olivier Pilon

Antoine Olivier Pilon le reconnaît volontiers, Suspect numéro un marque une nouvelle étape dans sa carrière déjà prolifique. Pas seulement parce qu’il interprète son premier rôle en anglais, mais surtout parce qu’il se glisse pour la première fois dans la peau… d’un adulte! Un personnage riche sur le plan dramatique, celui d’un homme condamné à la prison à vie en Thaïlande en raison d’une magouille policière!

Lorsqu’on lui a proposé d’incarner Daniel Léger, l’acteur de 23 ans ne connaissait rien de l’histoire d’Alain Olivier, sujet du drame biographique de Daniel Roby (on a changé le nom dans le film pour des raisons légales). Et il n’a guère eu le temps d’effectuer ses recherches puisqu’il atterrissait la veille de l’audition. «J’étais super stressé.» D’autant que «malgré les circonstances, je voulais vraiment le faire», explique-t-il en entrevue téléphonique au Soleil.

Daniel Roby: Tout vient à point à qui sait attendre

Cinéma

Daniel Roby: Tout vient à point à qui sait attendre

Daniel Roby était loin de se douter que la lecture, en 2007, d’une chronique de Pierre Foglia dans La Presse allait mettre en branle un processus qui lui prendrait 13 ans avant qu’il se concrétise. Après des années de recherche sur l’emprisonnement injustifié d’Alain Olivier, le réalisateur québécois en a tiré son premier long métrage tourné en anglais, Suspect numéro un, une aventure qui l’a mené jusqu’à Bangkok. Non content d’être le premier film québécois à prendre l’affiche après le confinement dû à la COVID-19, Target Number One sera distribué aux États-Unis par Paramount à compter du 24 juillet.

Après La peau blanche (2004), un film de genre, le réalisateur de Louis Cyr se cherchait un sujet avec une portée sociale. L’affaire Alain Olivier est tombée du ciel. Bien sûr, les médias y avaient consacré de nombreux articles après les révélations du grand journaliste d’enquête Victor Malarek (voir plus bas).

<em>Un fils</em>: La mort aux trousses *** 1/2

Cinéma

Un fils: La mort aux trousses *** 1/2

CRITIQUE / Il n’y a rien comme une tragédie — familiale de surcroit — pour servir de révélateur. Un fils, drame poignant doublé d’un fort suspense, en dit autant sur les liens qui unissent un homme et une femme que sur une société tunisienne qui se fissure de partout. Magnifiquement interprété et filmé avec une belle retenue, voilà un superbe long métrage pour renouer avec le cinéma en salle.

Dans Un fils, une balle fait tout voler en éclat. Fares (Sami Bouajila) et Meriem (Najla Ben Abdallah), parents d’Aziz, 11 ans, forment un couple progressiste et bien nanti de la Tunisie, début 2010. Lors d’une virée dans le sud du pays, la famille se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment. À la suite d’un attentat terroriste, le garçon écope d’une balle perdue dans l’abdomen.

<em>Les siffleurs:</em> Air connu ** 1/2

Cinéma

Les siffleurs: Air connu ** 1/2

CRITIQUE / J’avoue avoir été surpris que Les siffleurs (La Gomera) se retrouve, l’an passé, en compétition à Cannes. Mais Corneliu Porumboiu y avait décroché la caméra d’or pour 12 h 08 à l’est de Bucarest en 2006 et un Prix du jury en 2009 dans la section Un certain regard. Quand on connaît la fidélité du Festival pour ses réalisateurs, ceci explique cela.

D’autant que sa récompense de 2009, pour Policier, adjectif, mettait en scène un jeune flic consciencieux prénommé Cristi. Or, cette fois, on retrouve un inspecteur désabusé et corrompu qui s’appelle… Cristi (Vlad Ivanov).

<em>Balle perdue</em>: À fond la caisse ***

Cinéma

Balle perdue: À fond la caisse ***

CRITIQUE / Balle perdue est un film de genre qui suinte la testostérone et l’essence, et s’assume comme tel. Pour son premier long métrage, Guillaume Pierret n’a pas misé sur l’originalité, plutôt la recette éprouvée qui mélange suspense policier avec ripoux et film d’action orienté sur les courses-poursuites à fond la caisse.

Le réalisateur français annonce ses couleurs en confiant le rôle principal de Lino à Alban Lenoir. L’acteur vu dans L’intervention du Québécois Fred Grivois a commencé sa carrière comme cascadeur !

<em>Docteur?</em>: Le syndrome de l’imposteur ***

Cinéma

Docteur?: Le syndrome de l’imposteur ***

CRITIQUE / On ne se racontera pas d’histoire. La présence de Michel Blanc au générique de Docteur? donne une crédibilité instantanée à la comédie douce-amère de Tristan Séguéla. L’immense acteur y livre d’ailleurs une performance à la hauteur de son talent, mais l’humoriste Hakim Jemili n’a pas à rougir de la sienne, au contraire. En résulte un divertissement pur bonheur qui fait rire et un peu réfléchir. C’est déjà plus que ce à quoi on s’attendait.

L’interprète incarne Serge Mamou Mani, un docteur qui travaille sur appel, de nuit, à Paris. Le soir de Noël, il est le seul médecin de garde et picole. Mauvaise idée : une menace de radiation pèse sur ce toubib désabusé et cynique. Blessé au dos, il souffre le martyre et devient incapable de voir ses patients. Mais son chemin va croiser celui du candide Malek, un livreur (Hakim Jemili). Il l’embauche pour usurper son identité et le guide à distance en lui murmurant des indications dans un écouteur…

Johnny Depp autorisé à poursuivre <em>The Sun</em> en diffamation

Cinéma

Johnny Depp autorisé à poursuivre The Sun en diffamation

LONDRES — La justice britannique a autorisé jeudi l’acteur américain Johnny Depp à poursuivre en diffamation le tabloïd britannique The Sun, qui l’avait dépeint en mari violent, ouvrant la voie à l’ouverture d’un procès mardi prochain.

La vedette de Pirate des Caraïbes, 57 ans, reproche au journal britannique et à son propriétaire News Group Newspapers (NGN) d’avoir présenté comme un fait avéré, dans un article publié en avril 2018, qu’il avait frappé celle qui était alors sa femme, l’actrice américaine Amber Heard.

L’Académie des Oscars continue de s’ouvrir aux femmes et aux minorités [PHOTOS]

Cinéma

L’Académie des Oscars continue de s’ouvrir aux femmes et aux minorités [PHOTOS]

LOS ANGELES — Régulièrement accusée d’être trop masculine et trop blanche, l’Académie des Oscars a publié la liste des 819 nouveaux membres invités à rejoindre ses rangs cette année, composée à 45% de femmes et à 36% de minorités ethniques «sous-représentées dans l’organisation».

Parmi les nouveaux arrivants figurent notamment l’actrice Awkwafina (Crazy Rich Asians), Cynthia Erivo (Harriet), Eva Longoria et les cinéastes français Ladj Ly (Les Misérables) et Jérémy Clapin (J’ai perdu mon corps).

L’Académie a aussi recruté l’actrice tricolore Adèle Haenel, symbole d’un nouvel élan du mouvement #MoiAussi en France depuis qu’elle a accusé en novembre le réalisateur Christophe Ruggia d’«attouchements répétés» quand elle était adolescente.

La vedette de Portrait de la jeune fille en feu s’est aussi illustrée en quittant avec fracas la salle de la cérémonie des Césars après l’annonce que la récompense du meilleur réalisateur allait à Roman Polanski, devenu pour beaucoup un symbole des agressions sexuelles impunies.

En 2016, après plusieurs années de critiques cinglantes sur la composition de ses collèges jugée déconnectée de la société, l’Académie des arts et sciences du cinéma avait annoncé un doublement du nombre de femmes et de membres issus de minorités ethniques d’ici 2020.

«L’Académie a dépassé ces deux objectifs», se réjouit-elle mardi dans un communiqué.

Tom Hanks ignore quand il reprendra le travail

Cinéma

Tom Hanks ignore quand il reprendra le travail

LOS ANGELES — L’acteur américain Tom Hanks a affirmé mardi qu’Hollywood n’avait «aucune idée» de la date à laquelle les tournages pourraient reprendre, en raison de la pandémie dont il a lui-même été victime voici plusieurs mois.

L’acteur oscarisé pour Forrest Gump et Philadelphia était devenu la première star du cinéma à annoncer publiquement avoir contracté la COVID-19 en mars, alors qu’il se trouvait en Australie avec son épouse Rita Wilson, elle aussi contaminée, pour commencer un film sur Elvis Presley.

Weinstein: Accord sur un fonds de 19 M$ pour les victimes

Cinéma

Weinstein: Accord sur un fonds de 19 M$ pour les victimes

NEW YORK — Les femmes harcelées ou agressées alors qu’elles travaillaient pour Harvey Weinstein et sa société de production devraient bientôt pouvoir être indemnisées par un fonds doté de 19 M$, à la suite d'un accord censé mettre fin à deux actions en justice et annoncé par la procureure de l’État de New York.

Selon la procureure Letitia James, l’accord doit encore être validé par deux juges — le juge des faillites qui supervise la liquidation de la Weinstein Company et un juge fédéral new-yorkais.

Décès de l’acteur et réalisateur Carl Reiner

Cinéma

Décès de l’acteur et réalisateur Carl Reiner

NEW YORK — Carl Reiner, auteur, acteur et réalisateur ingénieux et polyvalent qui avait fait ses débuts en tant que faire-valoir de Sid Caesar et qui s’est hissé à l’avant-scène de la comédie en tant que créateur du Dick Van Dyke Show, est décédé à l’âge de 98 ans.

Son assistante, Judy Nagy, a déclaré qu’il était mort lundi soir de causes naturelles à son domicile de Beverly Hills, en Californie.

Cineplex ouvre son cinéma de Sainte-Foy, mais pas Beauport

Cinéma

Cineplex ouvre son cinéma de Sainte-Foy, mais pas Beauport

Cineplex a annoncé mardi qu’elle allait ouvrir progressivement ses cinémas partout au pays le 3 juillet. Au Québec, huit succursales seront en activité, dont ceux de Sainte-Foy, Gatineau et Sherbrooke, mais pas le complexe localisé à Beauport. Pour marquer cette réouverture post-pandémie, les billets seront à 5 $.

Dans son communiqué, Cineplex indique que la majorité de ses cinémas rouvriront leurs portes tout au long du mois de juillet, y compris ses 12 autres cinémas du Québec, sans toutefois donner plus de détails. La billetterie des succursales ouvertes demeurera fermée. Les spectateurs devront réserver leur siège, soit d’avance, soit par l’entremise des kiosques libre-service. En clair : pas d’argent comptant, même pour l’achat de pop-corn.

Racisme: Trump vole au secours de John Wayne

Cinéma

Racisme: Trump vole au secours de John Wayne

LOS ANGELES - Le président Donald Trump a volé lundi au secours de sa défunte idole cinématographique John Wayne, accusé d'avoir tenu des propos racistes par des membres du parti démocrate en Californie qui ont demandé qu'un aéroport portant son nom soit débaptisé.

Symbole de l'Amérique traditionnelle avec ses dizaines de rôles de cowboys et soldats virils voire machistes, John Wayne a exprimé «des opinions favorables à la suprématie blanche, anti-LGBT et anti-autochtones», écrit dans une résolution adoptée vendredi soir le Parti démocrate du comté d'Orange, au sud de Los Angeles.

Le scaphandre de <em>2001, l’Odyssée de l’espace </em>mis aux enchères

Cinéma

Le scaphandre de 2001, l’Odyssée de l’espace mis aux enchères

NEW YORK - Un rare scaphandre ayant servi sur le tournage de 2001, l’Odyssée de l’espace lors d’une scène mythique de ce film culte de Stanley Kubrick va être prochainement vendu aux enchères.

Pièce maîtresse de la vente organisée à Beverly Hills les 17 et 18 juillet, le costume de spationaute est estimé entre 200 000 et 300 000 dollars.

Richard Therrien
L’étonnante renaissance des ciné-parcs

Richard Therrien

L’étonnante renaissance des ciné-parcs

CHRONIQUE / On a souvent annoncé la mort des ciné-parcs. On était loin de se douter que la pandémie les ramènerait dans l’actualité. Timing parfait : depuis le 5 juin, Historia diffuse le vendredi à 21h l’excellente série documentaire Une vue sous les étoiles, bourrée d’images d’archives, d’anecdotes savoureuses et d’avis d’experts et de maniaques du cinéma en plein air. Une œuvre en huit épisodes de la réalisatrice Joëlle Desjardins Paquette, aux accents nostalgiques bien sûr, mais aussi très ancrée dans le présent et tournée vers l’avenir.

La réouverture des ciné-parcs, accueillie avec beaucoup de cynisme par le milieu culturel, a ravi la clientèle, friande du cinéma dans la garnotte. Au Québec, n’en reste plus que cinq : Saint-­Hilaire, Saint-Eustache, Belle Neige à Val-Morin, Orford et Paradiso à Grande-Rivière. C’est dans les années 80 que les ciné-parcs ont vécu leur âge d’or, avec une quarantaine d’exploitants. Sept-Îles, Trois-Rivières, Saguenay, Val-d’Or, Bonaventure, Grand-Mère, Victoriaville, Saint-Félicien, Montmagny, Laval, Sainte-Luce, Gatineau, Joliette, Drummondville, Val-Bélair, Rivière-du-Loup, Châteauguay, Alma, La Pocatière, Matane et les Îles de la Madeleine, pour ne nommer que celles-là, ont toutes déjà eu leur ciné-parc.

La réouverture tardive des cinémas et des salles de spectacles a entraîné l’implantation de ciné-parcs temporaires, qui présentent des films, mais aussi des spectacles de chanteurs et d’humoristes. Citons le Royalmount sur l’île de Montréal, et d’autres à Vaudreuil-Dorion en Montérégie, Saint-David-de-Falardeau au Saguenay et Vallée du parc en Mauricie, entre autres. À Québec, l’idée a donné lieu à une empoignade entre distributeurs de films et le maire Labeaume, de sorte que les écrans prévus sur les terrains d’ExpoCité et de l’Aéroport international Jean-Lesage à partir du 2 juillet ne seront jamais érigés. La population de la capitale et des environs aurait pu renouer avec le genre, elle qui est privée de ciné-parcs depuis la fermeture du dernier à Saint-Nicolas il y a six ans. Tant pis.

Le Québec a longtemps résisté à l’implantation des ciné-parcs, pourtant créés dans les années 30 dans le New Jersey; le clergé y voyait une source de corruption de la jeunesse. Dans une province étouffée par le conservatisme de Maurice Duplessis, il faudra attendre jusqu’en 1970 pour voir apparaître le tout premier à Saint-Georges-de-Beauce. Il faut dire qu’encore aujourd’hui, certains n’y vont pas que pour voir le film; le propriétaire du Ciné-parc Saint-Hilaire, Kevin Patenaude, trouve toutes sortes d’effets personnels sur son terrain à la fin de la soirée. «On dirait qu’il y a beaucoup d’unijambistes au ciné-parc, parce qu’on retrouve vraiment beaucoup de «un soulier», «une sandale». On pourrait faire une garde-robe de sous-vêtements qu’on a trouvés, des pantalons, des fois des sous-vêtements plus les pantalons, on se demande les gens sont repartis comment chez eux!» raconte-t-il, amusé.

La sortie de <em>Tenet</em> repoussée à la mi-août

Cinéma

La sortie de Tenet repoussée à la mi-août

NEW YORK — La sortie du nouveau film de Christopher Nolan, Tenet, attendue pour accélérer le retour dans les salles après les fermetures liées au coronavirus, a finalement été de nouveau reportée, de juillet à août.

Si les salles ont commencé à rouvrir dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis, les réseaux comptaient fermement sur cette superproduction» pour attirer les spectateurs, parfois réticents à aller au cinéma alors qu’il n’existe encore ni traitement ni vaccin contre la COVID-19.

Le réalisateur russe Serebrennikov écope de trois ans de prison avec sursis

Cinéma

Le réalisateur russe Serebrennikov écope de trois ans de prison avec sursis

MOSCOU — Le réalisateur et metteur en scène Kirill Serebrennikov, personnalité célébrée du milieu artistique russe, a été condamné vendredi à Moscou à une peine de trois ans de prison avec sursis pour détournements de fonds dans une affaire controversée.

Ce dossier, qui a été ouvert il y a trois ans, a été considéré par les partisans du réalisateur comme une affaire politique mettant à l’épreuve de la liberté artistique en Russie.
«La réhabilitation de Serebrennikov est possible sans peine réelle» de privation de liberté, a estimé la juge Olessya Mendeleïeva, qui l’a aussi condamné à une amende de 800 000 roubles (15 000 $) et à trois années de mise à l’épreuve.
Le parquet avait requis six ans de prison ferme contre l’artiste qui a toujours rejeté les charges retenues contre lui. À l’annonce du jugement, les centaines de ses partisans réunis devant le tribunal Mechtchanski de la capitale russe ont réagi par des applaudissements, ayant craint une lourde peine d’emprisonnement.
«Un immense merci pour votre soutien et pour le fait que vous croyez en notre innocence», a lancé Kirill Serebrennikov, 50 ans, à la sortie de l’audience, masque de protection noir sur le visage.
«Respectez la distanciation sociale, ne vous contaminez pas les uns les autres ! Car il faut se battre pour la vérité», a-t-il ajouté, devant la foule de ses soutiens et des journalistes.
Directeur artistique du Centre Gogol, un célèbre théâtre moscovite, réalisateur du film Leto remarqué au Festival de Cannes et metteur en scène, il a été condamné pour le détournement entre 2011 et 2014 d’environ 129 millions de roubles (2,5 M$ au taux actuel) de subventions publiques à des fins d’»enrichissement personnel».
«Même si c’est du sursis, c’est terrible. Mais il sera libre et va pouvoir continuer à créer. Et ça, c’est magnifique !» a déclaré à l’AFP Kirill Mintsev, créateur de costumes au Centre Gogol.
Deux autres accusés dans cette affaire, Iouri Itine et Konstantin Malobrodski, se sont vu infliger des peines avec sursis de deux et trois ans respectivement. Une dernière, Sofia Apfelbaum, a reçu une amende qu’elle n’aura pas à payer car couverte par la prescription. Elle a fondu en larmes à l’énoncé de ces sanctions.
La juge a estimé que les coaccusés avaient agi en bande organisée et que Kirill Serebrennikov avait «dirigé tous les membres du groupe et pris des mesures pour dissimuler les vols». Tous ont annoncé qu’ils feraient appel.
Du fait de cette condamnation, le Comité d’enquête russe a déclaré avoir saisi des biens appartenant aux accusés : un appartement de Kirill Serebrennikov en Allemagne d’une valeur de 460 000 $, des voitures, des bijoux et des sommes d’argent atteignant au total 135 000 $.

<em>House of Hummingbird</em>: survivre à son mal-être ****

Cinéma

House of Hummingbird: survivre à son mal-être ****

CRITIQUE / House of Hummingbird (Beolsae) arrive en Amérique du Nord couvert d’une pléthore de prix, dont celui du meilleur film dans la section Generation 14 plus à la Berlinale 2019. On comprend pourquoi. D’une délicatesse exquise, il traduit avec une remarquable finesse le désarroi d’une ado qui cherche à sublimer son mal-être.

Presque à la toute fin de ce drame nuancé et en retenue, Eunhee (excellente Park Ji-hoo) demande : «Quand ma vie va-t-elle commencer à s’ensoleiller ?» Toute l’essence du récit est là. L’adolescente de 14 ans, délaissée, n’a rien d’une rebelle et a le cœur à la bonne place. Mais elle se sent constamment étrangère à ce qui l’entoure. Et les malheurs s’accumulent.

<em>Hammer</em>: un suspense qui cogne ***

Cinéma

Hammer: un suspense qui cogne ***

CRITIQUE / Jusqu’où un père (ou une mère) peut-il aller pour sortir son fils du trouble? Pas mal loin, surtout si on a le malheur de mettre la main dans un engrenage qui risque de vous broyer comme Stephen Davis dans le très bon suspense Hammer. Efficace et rythmé, le long métrage de Christian Sparkes ne nous laisse aucune seconde de répit, tout en creusant des thèmes porteurs...

Chaque fois que la femme de Stephen Davis (Will Patton) veut discuter des problèmes de leur aîné, l’homme prend la fuite. Comme cette journée où il voit passer Chris (Mark O’Brien) en moto, à la fine épouvante sans casque, à un feu de signalisation de leur modeste ville frontalière.

<em>Le réseau cubain</em>: prometteur, mais à moitié réussi ** 1/2

Cinéma

Le réseau cubain: prometteur, mais à moitié réussi ** 1/2

CRITIQUE / Une distribution alléchante (Edgar Ramirez, Penelope Cruz, Gael García Bernal), un sujet intriguant basé sur une histoire vraie (des espions cubains aux États-Unis) et Olivier Assayas : tout était réuni pour que Le réseau cubain (Wasp Network) nous rive à notre siège. C’est malheureusement confus et désordonné.

Avec une telle affiche, on peut comprendre la présence du long métrage en compétition à la plus récente Mostra de Venise. Ce qui renforçait les attentes…

<em>Irresistible</em>: suivez l’argent! ***

Cinéma

Irresistible: suivez l’argent! ***

CRITIQUE / Pour peu qu’on s’intéresse aux élections américaines, Irresistible agit comme un véritable aimant. Parce qu’il s’agit du deuxième long métrage de fiction de l’ex-animateur vedette Jon Stewart et qu’il compte sur une solide distribution. Presque une satire, ou si peu, selon le point de vue, la comédie décrit avec beaucoup d’acuité et un humour grinçant le cirque médiatico-politique chez nos voisins du Sud. Et, surtout, l’influence démesurée de l’argent dans le processus démocratique…

Stewart, qui a écrit le scénario, a situé l’action au lendemain de l’élection du 8 novembre 2016 et centré son déroulement sur Gary Zimmer (Steve Carrell). Un assistant de ce haut stratège du parti démocrate lui présente une vidéo, devenue virale, où un ex-Marine défend avec passion les droits des immigrés illégaux devant le conseil municipal.

Des films québécois reprennent l'affiche 

Arts

Des films québécois reprennent l'affiche 

Mafia Inc et 14 jours 12 nuits seront de retour dans les cinémas québécois à compter du 3 juillet. Les cinéphiles auront donc l’occasion de découvrir sur grand écran les deux films dont la présentation a été écourtée par la COVID-19.

Mafia Inc était à l’affiche depuis quatre semaines lorsque la pandémie a forcé la fermeture des salles. 14 jours 12 nuits n’a pu être projeté qu’une semaine. 

« Je suis ravi que Mafia Inc et 14 jours 12 nuits puissent reprendre leur carrière en salle, brusquement interrompue alors que les deux films étaient en plein essor. Je réitère qu'il est primordial que le cinéma québécois soit au coeur de la relance des salles et de l’industrie cinématographique. J'ai bon espoir que le public sera au rendez-vous, puisqu'il s'agit d'une sortie très attendue dans un environnement contrôlé et sécuritaire, grâce au travail acharné des propriétaires de salles », affirme Patrick Roy, président des Films Séville et de Distribution Cinéma Entertainment One.

Mafia Inc de Podz met notamment en vedette Marc-André Grondin, Sergio Castellitto (prix Iris de la Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien), Gilbert Sciotte et Mylène Mackay. Il plonge le cinéphile dans les dessous de la mafia montréalaise. 

Quant à 14 jours 12 nuits de Jean-Philippe Duval, il met en vedette Anne Dorval et les paysages du Vietnam. Il raconte l’histoire d’une océanographe qui s’envole pour le pays d’origine de sa fille adoptive, ce qui la mène sur les traces de sa mère biologique.   

Le Festival international du film de Toronto en mode COVID-19

Cinéma

Le Festival international du film de Toronto en mode COVID-19

TORONTO — Tapis rouge virtuel et programmation allégée: le lever de rideau du Festival international du film de Toronto aura tout de même lieu cette année, mais sous les contraintes logistiques et financières imposées par la pandémie.

Les organisateurs de ce grand rendez-vous du cinéma ont fait part mercredi de leurs intentions de tenir une formule hybride du festival, qui miserait sur la présence à la fois physique et numérique des participants.

La veille, l'organisation du TIFF avait annoncé avoir subi les contrecoups économiques de la crise de la COVID-19, réduisant les salaires et mettant à pied 31 employés qui occupaient des postes à temps plein.

La 45e mouture du festival torontois doit prendre place du 10 au 19 septembre - se terminant donc un jour plus tôt que prévu -, avec une programmation de 50 longs métrages, cinq programmes de courts métrages et une conférence virtuelle de l'industrie.

Des projections seront proposées en personne et en ligne, tout comme des expériences extérieures, des conférences de presse et des séances de questions-réponses avec des acteurs et des cinéastes.

Le TIFF n'a pas rendu ses représentants disponibles pour des entrevues mercredi et n'a pas fourni plus de détails sur la manière dont se dérouleront ces événements.

Mais compte tenu des directives sanitaires en vigueur, en plus des restrictions sur les rassemblements et les voyages, il est clair que la ville de Toronto ne grouillera pas de vedettes et de cinéphiles, dans l'extravagance habituellement associée au festival.

Les films à l'affiche incluent Bruised, le premier film signé par Halle Berry; Ammonite de Francis Lee, avec Kate Winslet et Saoirse Ronan; et Concrete Cowboy de Ricky Staub, avec Idris Elba, Jharrel Jerome et Lorraine Toussaint.

Les films annoncés doivent être présentés au cours des cinq premiers jours du festival, lors de projections en personne, dans le respect des directives de distanciation physique et autres protocoles établis par les autorités sanitaires afin d'éviter la propagation de la COVID-19.

Les salles de cinéma de la Ville-Reine qui ont dû fermer leurs portes dans le cadre de la pandémie, dont le TIFF Bell Lightbox, n'ont pas encore repris leurs activités, mais elles devraient le faire lorsque les autorités provinciales et municipales donneront leur feu vert.

Le TIFF dit espérer que la tenue du festival donnera un signal d'espoir «à Toronto, aux cinéastes et à l'industrie internationale du cinéma».

Disney modifiera une attraction basée sur un film aux connotations racistes

Cinéma

Disney modifiera une attraction basée sur un film aux connotations racistes

LOS ANGELES — Disney modifiera les attractions Splash Mountain de ses parcs américains, qui évoquent le passé raciste des États-Unis, pour les mettre aux couleurs de sa première princesse noire, Tiana, a-t-il annoncé jeudi.

Attraction très populaire de Disneyland (en Californie) et Disney World (en Floride), Splash Moutain consiste en un parcours aquatique dans un tronc factice s’achevant sur une grande chute dans l’eau.

Le célèbre acteur porno Ron Jeremy accusé de viols et agressions sexuelles

Cinéma

Le célèbre acteur porno Ron Jeremy accusé de viols et agressions sexuelles

LOS ANGELES — Ron Jeremy, 67 ans et acteur vedette de films pornographiques, a été accusé du viol de trois femmes et d’agression sexuelle sur une quatrième victime, ont annoncé mardi les services de la procureure de Los Angeles.

Ron Jeremy, qui a à son actif plus de 2000 films XXX depuis la fin des années 1970, faisait de longue date l’objet de telles accusations au sein de la profession et avait été tenu à l’écart de différents événements ces dernières années.

Un producteur d’Hollywood accusé de viol et harcèlement sexuel entendu par la police

Cinéma

Un producteur d’Hollywood accusé de viol et harcèlement sexuel entendu par la police

LOS ANGELES — Un producteur d’Hollywood et agent de vedettes, David Guillod, a été inculpé pour harcèlement sexuel, enlèvement et viol, accusé par quatre femmes, selon la justice américaine lundi.

Âgé de 53 ans, le producteur des films Atomic Blonde (2017) et Tyler Rake (2020) s’est rendu aux autorités de Santa Barbara, en Californie. Il nie être coupable.

Le film de Pascal Plante distribué en Europe

Cinéma

Le film de Pascal Plante distribué en Europe

Les bonnes nouvelles se succèdent pour Pascal Plante. Moins d’un mois après avoir appris que Nadia, Butterfly avait été retenu en Sélection officielle du Festival de Cannes 2020, le cinéaste originaire de Québec peut se réjouir d’une entente de distribution pour son film en Europe.

Les Alchimistes ont en effet annoncé lundi l’acquisition de Nadia, Butterfly. Il sortira en France au printemps 2021. Par la même occasion, Les Alchimistes a acheté les droits du premier long métrage de Plante, le très bon Les faux tatouages.

Les Golden Globes décalés au 28 février

Cinéma

Les Golden Globes décalés au 28 février

LOS ANGELES — L’édition 2021 des Golden Globes se tiendra le 28 février, alors que les Globes sont généralement organisés en janvier pour lancer la saison des récompenses de cinéma, ont annoncé lundi ses organisateurs.

Les Globes se dérouleront donc lors du week-end initialement prévu pour les Oscars, qui ont eux-mêmes été décalés et se tiendront le 25 avril, l’industrie du cinéma et Hollywood ayant été totalement perturbés par la pandémie de coronavirus, qui a vidé les salles de cinéma pendant environ trois mois.