William Duguay-Drouin (batterie), Dominic Pelletier (guitare et voix), Raphaël Potvin (basse) et Guillaume Méthot (guitare). Le nouveau disque de Caravane est déjà en préparation.

Caravane et The Hunter: dualité ravivée

En juillet 2015, Caravane jouait devant sa plus grande foule à vie, en première partie des vedettes allemandes Milky Chance à Saguenay. Deux ans plus tard, ils ont rencontré leur plus petit auditoire : six curieux à Charlo, au Nouveau-Brunswick. Entre les deux, il y a eu un nouvel album, un nouveau guitariste et des milliers de kilomètres avalés. Décidément, ça bouge pour la formation de Québec, qui s'accommode si bien des extrêmes qu'elle s'apprête à raviver pour un moment sa dualité musicale.
Avant le rock francophone de Caravane, il y a eu le punk anglophone de The Hunters pour le quatuor de la capitale. Un projet né il y a une douzaine d'années, alors que ses membres étaient toujours ados, et qui a été un peu mis sur la glace depuis le lancement du premier album de Caravane, en 2014. Mais voilà que Dominic Pelletier (guitare et voix), Raphaël Potvin (basse), William Duguay-Drouin (batterie) et Guillaume Méthot (qui a pris le relais de Danahé Côté à la guitare il y a environ un an) s'apprêtent à rouvrir une parenthèse punk en ramenant The Hunters à l'avant-scène. Lancé en juin, l'extrait OK Bye pave la voie à un mini-album attendu cet automne et le groupe participera le 8 septembre au festival Envol et Macadam, où il réservera, nous dit-on, une surprise à ses fans. 
Le quatuor ne laissera toutefois pas Caravane, qui se produira ce samedi à Saint-Sauveur en fête, s'arrêter bien longtemps. Le successeur de l'album Fuego, paru l'an dernier, est déjà en préparation depuis un moment. «C'est à cause de Guillaume. Dès qu'il est arrivé dans le band, il a fallu qu'il apprenne les chansons. Mais ce n'était pas ses tounes. On était vraiment crinqué après ça. On tripait vraiment à composer ensemble», résume Dominic Pelletier. 
«On l'a amorcé l'hiver dernier quand on a eu un temps mort, ajoute Raphaël Potvin. Il y a toujours un moment dans l'année où il n'y a pas de show, on en a profité pour composer. Ça s'est fait vite et on a bien fait de le faire comme ça parce qu'on a été vraiment occupé le reste de l'année.»
«Un bon mood»
Le bassiste décrit comme «un bon mood créatif» le contexte de travail sur les nouvelles chansons de Caravane. «Et les inspirations sont plus vastes étant donné que Guillaume arrive avec son background, décrit-il. Ça permet d'aller ailleurs un peu que dans le son.»
Pour les textes, le groupe devrait recevoir l'appui de Yann Perreau, rencontré cet été lors d'un spectacle à Moncton. Et si Dominic Pelletier et Raphaël Potvin misent toujours sur leur propre vécu, ils disent explorer d'autres territoires dans leurs nouvelles créations. 
«Avec Caravane, on a toujours été très personnel dans les paroles, évoque Potvin. Et on s'entend qu'il y a beaucoup de textes qui étaient quand même assez légers. Pour le troisième, on dirait que ce qui nous affecte personnellement, au-delà de nos expériences de vie, c'est vraiment ce qui se passe dans le monde. On ne peut pas passer à côté du fait qu'en ce moment, le focus médiatique est vraiment sur ce qui ne va pas bien. Je ne sais pas si je le remarque plus depuis l'ère Donald Trump. On dirait que ça m'a remis dans l'état d'esprit de ma jeunesse, quand j'étais un punk de 16 ans et que j'écrivais des tounes Fuck the War...»
Vers la Chine?
Sous la bannière de Caravane, le quatuor n'a pas ménagé ses déplacements dans les derniers mois. «On a eu un gros été, confirme Raphaël Potvin. Le but, c'était de faire le plus de shows possible au Québec et aussi d'explorer des places où on n'était jamais allé comme le Nouveau-Brunswick.»
Les quatre musiciens se réjouissent des quelque 600 festivaliers qui sont venus les entendre à l'Impérial pendant le Festival d'été (FEQ). Et ils ne perdent pas leur sourire en parlant de la «foule» 100 fois moins nombreuse qui s'est déplacée pour eux à Charlo, au Nouveau-Brunswick. «C'était probablement le pire show de Caravane. Mais on ne pouvait pas chialer, on était dans un village ultra petit!» rigole Dominic Pelletier. «La grosseur du show, on s'en fout, renchérit Guillaume Méthot. On met toujours l'énergie comme si on jouait au FEQ. On ne prend jamais un show à la légère... Mais celui-là, on l'a peut-être pris un peu plus à la légère!»
Si tout va comme prévu, Caravane pourrait aussi remettre le cap sur la Chine, où le groupe s'est offert une tournée d'une dizaine de jours l'hiver dernier. «On se dit que c'est sûr qu'on allait y retourner, avec la réponse qu'on a eue, évoque Dominic Pelletier. Il ne faut pas qu'on laisse mourir ça!»
Vous voulez y aller?
Qui: Caravane (avec Men I Trust et Jérôme Casabon)
Quand: 19 août à 19h
Où: intersection des rues Saint-Vallier Ouest et Bagot
Accès: gratuit
Info.: quartiersaintsauveur.com
*****
Qui: The Hunters
Quand: 8 septembre à 18h30
Où: îlot Fleurie
Billets: 36 $ pour une journée, passeports trois jours d'Envol et Macadam à partir de 45 $
Info.: www.envoletmacadam.com