Guillaume Méthot, Dominic Pelletier, Raphaël Potvin et William Duguay-Drouin du groupe Caravane reviennent d'une tournée en Chine.

Caravane à guichets fermés en Chine

«Nous, dans la vie, on donne des shows sold-out à Québec à Alma ou à Chicoutimi. Mais être sold-out en Chine, c'est capoté!» De retour d'une tournée de cinq concerts dans l'empire du milieu, le chanteur du groupe de Québec Caravane, Dominic Pelletier, ne cache pas son enthousiasme... ni son envie de ne pas ranger son passeport trop loin.
Fin février, Dominic Pelletier, Guillaume Méthot, Raphaël Potvin et William Duguay-Drouin ont fait leurs valises pour un séjour asiatique d'une dizaine de jours. À leur agenda, cinq spectacles qui leur ont permis de distiller leur rock francophone devant des publics variant entre une quarantaine de curieux et près de 300 énergiques mélomanes. Un concert livré à guichets fermés qui a marqué les musiciens. 
«On s'est rendu compte à quel point les cultures étrangères étaient bienvenues là-bas. Je ne pensais pas que les Chinois étaient ouverts sur le monde comme ça. On chantait du rock en français. Je pense que je n'avais jamais vu une foule aussi enflammée, même au Québec. Le show qu'on a fait sold-out, ça n'avait juste pas de bon sens. Les gens sautaient... C'était vraiment le fun», raconte Guillaume Méthot. 
«Il y avait même du monde qui connaissait mes paroles, ajoute Dominic Pelletier, qui se demande un peu comment la musique de Caravane les a précédés chez les Chinois. «Là-bas, ils n'ont pas Facebook, alors je ne sais pas s'ils ont accès à Spotify ou à YouTube, avoue-t-il. Ils utilisent beaucoup l'application WeChat. Nos promoteurs ont tellement fait une bonne job. Ils ont dû publier des liens là-dessus...» 
À la base de cette exotique virée - qui fera l'objet d'un documentaire qui sera mis en ligne dans les prochaines semaines - une boutade lancée à l'ami Simon Gaudry. Celui-ci compte sur un carnet d'adresses internationales bien garni à cause de son rôle de directeur du festival Envol et Macadam, où le concours Planetrox fait converger dans la capitale des groupes émergents des quatre coins du monde. 
«Il nous avait offert une opportunité d'aller en Allemagne et il nous avait parlé de ses contacts en Chine. Un soir, après quelques verres, on lui a dit : "t'es pas game de nous amener en Chine?" Finalement, il l'a fait!» résume Dominic Pelletier, qui raconte en rigolant ne pas être passé inaperçu avec ses cheveux longs et ses tatouages. «Dans les salles, ils avaient fait imprimer des grosses affiches de nos faces. On avait l'air d'un gros band! s'esclaffe-t-il. Les gens voyaient que c'était nous, on les voyait chuchoter et pointer! Mais même dans la rue, il nous est arrivé de nous faire arrêter par du monde qui ne nous connaissait pas du tout pour se prendre en photo avec nous. Ça m'est arrivé dès que je suis sorti de l'aéroport.»
Pour financer cette tournée à l'étranger, Caravane a notamment pu compter sur un soutien de Première ovation et des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), ainsi que sur une commandite de la microbrasserie Le trou du diable. Souhaitant repartir avant longtemps, les musiciens évoquent des possibilités au Mexique, au Japon, en Indonésie ou à Shanghai, d'où ils ont reçu une proposition concrète qu'ils sont en train d'étudier. Mais d'ici-là, le groupe jouera plus près de chez lui le 30 mars, alors qu'il partagera les planches de la salle Multi du complexe Méduse avec Gazoline et Rednext Level.
Vous voulez y aller?
Qui: Gazoline, Caravane et Rednext Level
Quand: 30 mars à 20h
: salle Multi de Méduse
Billets: 20 $ en prévente, 25 $ à la porte
Infos: lepointdevente.com