Le meneur de Billy Talent, Ben Kowalewicz

Bruyant 150e sur les Plaines

Ni la froide température ni l'averse qui s'est abattue sur les Plaines d'Abraham en début de soirée, samedi, n'ont effrayé les amateurs de rock de Québec. Devant une large foule gagnée d'avance, les Torontois de Billy Talent ont souhaité un bruyant 150e anniversaire au Canada.
La soirée de samedi marquait le retour du spectacle de la fête du Canada sur les Plaines, et fort de la présence de Billy Talent, les organisateurs pouvaient difficilement manquer leur coup. Le groupe chouchou de Québec était passé, il y a quelques mois, au Centre Vidéotron, mais n'avait pas joué sur les Plaines depuis leur troisième et dernier passage au FEQ, en 2010.
Or, c'est justement 3E, la filiale du FEQ, qui s'était vu confier le mandat d'organiser la soirée, pratiquement comme une extension du Festival.
Sans être la plus imposante devant laquelle les Torontois se sont produits à Québec, la foule tapissait tout de même la majeure partie des Plaines, lorsque les premières notes de guitare électrique se sont fait entendre, un peu avant 22h, samedi.
Chaleureusement accueillis par des spectateurs qui semblaient en vaste majorité s'être déplacée pour eux, les quatre rockeurs ont tout de même eu besoin de quelques chansons pour faire bouger leur public. Pas que Metric ait fait mauvaise figure avant eux, mais l'indie-rock envoûtant d'Emily Haines et le bas mercure n'ont pas exactement délié les jambes des spectateurs.
Il n'y avait pas, ou très peu, de drapeau unifolié flottant dans la foule, et difficile de dire si l'on s'était vraiment réuni sur les Plaines pour célébrer le Canada. Le meneur de Billy Talent, Ben Kowalewicz, a d'ailleurs bien résumé ce sentiment tout de suite après avoir souhaité une joyeuse fête nationale à son public. «En ce moment, c'est juste un fu**ing concert de Billy Talent», a-t-il hurlé.
Spectacle en deux temps
La soirée de samedi semblait déjà destinée à se dérouler en deux temps en raison des différents styles musicaux, mais les choses n'ont été qu'accentuées par l'averse qui a survolé les Plaines un peu avant 20h. C'est que deux têtes d'affiche québécoises assuraient la première partie du spectacle.
Le duo folk 2Frères avait la difficile tâche d'ouvrir la soirée dès 18h, et Erik et Sonny Caouette s'en sont admirablement bien tirés, dans les circonstances. Révélation de 2016, le groupe de l'année au dernier gala de l'ADISQ a enchaîné une cinquantaine de minutes de musique énergique, alors que la foule grandissait tranquillement devant eux.  
Prenant le relais, Alex Nevsky a eu le temps de passer une trentaine de minutes sur la scène des Plaines, avant que la pluie ne vienne précipiter la fin de sa prestation. L'auteur-compositeur-interprète a tout même semblé bien s'amuser, au point d'ajouter une touche de hip-hop au spectacle du 1er juillet, avec une reprise-surprise du succès d'Eminem, Lose Yourself.
L'averse a toutefois marqué la fin de la soirée de plusieurs familles avec de jeunes enfants, remplacées durant l'heure suivante par un public plus nombreux venu pour la musique lourde.
La pluie a cessé pour Metric et Billy Talent, mais Ben Kowalewicz a tout de même rappelé à la foule que les gouttes n'avaient pas arrêté sa bande lors de leurs précédentes performances extérieures à Québec. «Ça va prendre beaucoup plus que de la pluie pour arrêter ce fu**ing party!»
Le ton était donné.