Pour son 50e anniversaire, le FEQ a visiblement voulu gâter ses festivalières, notamment avec cette hurlante soirée de nostalgie en compagnie des Backstreet Boys, chanteurs de charme d'une autre génération.

Bilan de Geneviève Bouchard: le coeur (encore plus) à la fête

À sa 50e présentation, le Festival d'été de Québec (FEQ) avait peut-être encore plus que d'habitude le coeur à la fête ces 11 derniers jours. Avec à son menu de gros noms et plusieurs propositions montées sur mesure pour l'occasion, l'événement a voulu partager les célébrations avec le plus grand nombre. Il a surtout montré qu'il est résolument jeune de ses 50 ans.
Isabelle Boulay, qui a souligné sur les Plaines ses 25 années de carrière et, accessoirement, ses 45 ans.
Dès la soirée d'ouverture, l'anniversaire du FEQ a cédé le pas à celui d'Isabelle Boulay, qui a souligné sur les Plaines ses 25 années de carrière et, accessoirement, ses 45 ans. Les Cowboys Fringants ont eux aussi célébré de bien festive manière la longévité de leur relation avec le public - deux décennies dans leur cas - lors de ce jubilé festivalier. Juste avant, la fête avait été familiale chez l'Acadienne Lisa LeBlanc, qui a convié sa mère, ses tantes - et le groupe metal Voivod! - dans une rencontre humainement chaleureuse et musicalement percutante, qui aurait été tout aussi pertinente en tête d'affiche. Des propositions artistiques uniques qui ont non seulement ajouté une plus-value à la programmation, mais qui ont prouvé une nouvelle fois que les artistes d'ici ont aussi leur place sur la grande scène.
Michel Louvain a fait courir les dames en bleu à la place d'Youville pour célébrer ses 60 ans de carrière le jour de son 80e anniversaire de naissance.
À ce chapitre, soulignons au passage le beau terrain de jeu qui a été mis à la disposition d'artistes de la capitale sur les divers sites du FEQ, mais aussi sur les Plaines, où ils ont bénéficié de belles vitrines : Jonathan Roy a chauffé la foule des Backstreet Boys, Gabrielle Shonk a pavé la voie à Lady Antebellum, Les Goules ont brassé la cage avant Les Cowboys Fringants et Metalord a pu profiter de la foule monstre de Metallica. 
Pour le plaisir de ces dames...
Pour son 50e anniversaire, le FEQ a visiblement voulu gâter ses festivalières. Il y a bien sûr eu ce spectacle anniversaire de Michel Louvain, qui a fait courir les dames en bleu à la place d'Youville pour célébrer ses 60 ans de carrière le jour de son 80e anniversaire de naissance. Même les bus du RTC ont cessé d'y circuler tant les lieux étaient bondés. 
Il y a surtout eu cette hurlante soirée de nostalgie sur les Plaines en compagnie des Backstreet Boys, chanteurs de charme d'une autre génération. Vingt ans après son triomphe chez nous, le quintette floridien a fait retomber des milliers de spectatrices en adolescence avec ses chansons d'amour et les steppettes de ses jeunes années. Bon, on était loin de l'avant-garde artistique, mais il fallait être vraiment grincheux pour résister à la joie qui émanait de la foule, si heureuse de retrouver Nick, Brian, A.J., Kevin et Howie. À chacune son préféré!
Outre ces bons garçons, d'autres artistes plus volontaires se sont dévoués pour pimenter les festivités. Il y a eu Les Trois Accords qui ont confirmé au Pigeonnier leur attrait pour la nudité : «Oui, c'est notre principal sujet de conversation», a convenu le chanteur Simon Proulx lors d'un spectacle costaud, qui a bien sûr inclus les titres Tout nu sur la plage et Je me touche dans le parc
D'autres y sont allés de références plus directes à ladite nudité : Gab Paquet a exposé sa poitrine aux admiratrices de Michel Louvain, Jérôme Dupras des Cowboys Fringants a privilégié le contact humain en surfant sur la foule des plaines d'Abraham vêtu uniquement d'une paire de bobettes roses et le claviériste des Goules a redéfini l'expression «rien que sur une gosse» dans un solo joué par un testicule. Rien de bien exceptionnel dans l'univers du déjanté groupe de Québec. Mais sur les écrans géants des Plaines, l'effet était plutôt saisissant...
***
La découverte : Ben Caplan & The Casual Smokers
Coup de coeur immédiat pour Ben Caplan & The Casual Smokers, qui se sont produits à l'Impérial en première partie du spectacle de Fred Fortin. Le flamboyant personnage - grosse barbe, grosse voix, grosse personnalité - et son polyvalent groupe ont soulevé le théâtre avec leur folk puissant, teinté de blues et d'influences d'Europe de l'Est.
***
La chanson : Ace of Spades (Lisa LeBlanc et Voivod)
La collaboration entre Lisa LeBlanc et Voivod avait de quoi surprendre, mais elle a tapé dans le mille.
La collaboration entre l'auteure-compositrice-interprète acadienne Lisa LeBlanc et la formation thrash metal Voivod avait de quoi surprendre. Elle a tapé dans le mille, notamment avec une électrisante version de Ace of Spades de Motörhead qui a galvanisé les plaines d'Abraham.
***
L'étoile montante : Émile Bilodeau
Le fringant Émile Bilodeau a fait le plein de festivaliers enthousiastes au FEQ.
S'il chante qu'il en a «plein son cass», le fringant Émile Bilodeau a aussi fait le plein de festivaliers enthousiastes au FEQ. Avec une énergie contagieuse, une belle folie et des chansons qui déboulent (et qui décoiffent), il a soulevé la place d'Youville et vécu une petite consécration. 
***
Le pépin : Men Without Hats
Au nom de la nostalgie, Men Without Hats a lancé son programme avec Safety Dance, le hit que tout le monde voulait entendre. Mais comme aucun son ne sortait des haut-parleurs du parc de la Francophonie pendant la moitié de la chanson, l'entrée en matière qui devait faire boum a plutôt fait flop.
***
Le voyage : L'orchestre d'hommes-orchestres
L'orchestre d'hommes-orchestres a souligné le 150e anniversaire du Canada à sa (singulière) manière.
Ça valait le coup d'arriver tôt au Festival d'été pour prendre part au voyage artistique et musical proposé par L'orchestre d'hommes-orchestres, présenté en début de soirée au parc de l'Amérique-Française. Avec 150 cabanes, le collectif a souligné le 150e anniversaire du Canada à sa (singulière) manière, alors qu'une série de tableaux surprenants et à première vue incompatibles s'unissaient pour créer une mélodie.