Au purgatoire des albums de Noël

Bon an, mal an, ils sont au rendez-vous, pour le meilleur et pour le pire… Si les albums de Noël apportent la joie chez les uns, ils suscitent les grincements de dents chez les autres.

Pourquoi tant d’artistes se prêtent-ils à l’exercice? Peuvent-ils tous installer la magie ou donner un nouveau souffle à des classiques mille fois visités? Nos chroniqueurs Geneviève Bouchard (GB) et Nicolas Houle (NH) y ont réfléchi au bord du feu, sélectionnant ce qu’ils garderaient et ce qu’ils... brûleraient!

NH Geneviève, comme le veut la tradition, les albums de Noël sont de retour. Tu les attendais autant que moi?

GB Hisssssh... C’est comme le premier rhume de la saison. On a beau vouloir l’éviter, on ne s’en sort pas! 

NH On dirait que chaque artiste, qu’importe le style, peut succomber à l’appel de la clochette et de l’argent qui vient avec. Pourtant, ce n’est pas si facile de faire un bon album de Noël...

GB On a l’impression que c’est souvent bâclé : «J’ai deux semaines de disponibles en juillet, je vais prendre une brochette de chansons libres de droits et les réenregistrer à grand renfort de bons sentiments...»

NH Le risque de se «kétainiser», plutôt que de sortir grandi de l’expérience, est énorme. Rappelle-toi Bob Dylan, qui a chanté Noël d’une voix de crécelle, en 2009, accompagné d’inévitables grelots. Ç’a mis son aura et ses admirateurs à rude épreuve... 

GB Au moins, c’était pour une bonne cause, mais ça ne rend pas la chose plus écoutable! Le problème, c’est que c’est tellement facile de tomber dans les clichés et les chansons trop usées : a-t-on vraiment besoin d’une millième version de L’enfant au tambour?

NH Et ça s’applique à tous les styles. Pas sûr que les fans aient trouvé ça cool d’entendre Lemmy, de Motörhead, beugler Run Rudolph Run ou Snoop Dogg rapper son hymne nullement féministe A Pimp’s Christmas Song... Au mieux, ça peut faire sourire...

GB C’est arrivé aussi au Québec. Souviens-toi de la compilation Noël dans la rue en 1996. Ça aussi c’était pour la bonne cause, mais il n’y avait pas grand-chose de catholique dans le Minuit chrétiens métal de B.A.R.F.! Dans quelle circonstance tu écoutes ça?

NH Tu vas headbanger près du sapin ou faire un moshpit sur le parvis de l’église? À leur décharge, ils le font pour leur bon plaisir, à leur manière. Ce n’est pas comme feu Scott Weiland, qui s’était improvisé crooner et qui a fait l’un des pires albums du genre de tous les temps!

GB Parlons-en, des faux crooners! Il n’y avait pas beaucoup de magie de Noël quand Frédérick De Grandpré s’est essayé à marcher dans les trémolos de Fernand Gignac. Ou quand David Hasselhoff a quitté la plage de Baywatch pour distiller ses kétaineries sous le gui (2004)… Et que dire de la grosse guimauve musicale cuisinée par John Travolta et Olivia Newton-John en 2012? 

NH Quand tu regardes les pochettes qui viennent avec certains albums, soit on ne veut pas investir dans le budget de conception, soit on ne veut pas investir dans le bon goût...

GB Là aussi, c’est le festival du cliché: on souffle sur des flocons, on se met la tête dans une couronne ou, si on est vraiment mal pris, on enfile une tuque de père Noël comme Vic Vogel et Martin Deschamps sur la pochette de Nostalgie des Fêtes (2012)! On ne s’est pas ruiné avec le cachet du graphiste, ici! 

NH On dirait que toucher au répertoire de Noël, ça peut développer une dépendance! Neil Diamond est devenu spécialiste avec quatre albums, Ginette Reno en a trois, et il y a plein d’artistes comme Mariah Carey ou Pentatonix qui en ont fait deux et menacent de poursuivre sans nous consulter!

GB Pentatonix? Ceux qui ont déshonoré Leonard Cohen avec leur horrible version d’Hallelujah?

NH À renfort d’hurlements et de pleurniches, oui. Pauvre Leonard!

GB On atteint le summum du ridicule quand on enlève même la notion d’artiste : souviens-toi du Noël miaulé de Jingle Cats et de l’abomination qu’est Crazy Frog… L’horreur! C’est de la cruauté et pas que pour les animaux!

NH Coudonc, on met-tu tous ces albums-là dans le foyer et on chauffe pour l’hiver Geneviève?

GB Bah, on peut quand même en conserver quelques-uns...

NH Le mythique Star Wars de Noël avec R2-D2? Le tout premier album où on peut entendre Jon Bon Jovi quand il s’appelait encore John Bongiovi?

GB Ah oui! «R2-D2 We Wish You A Merry Christmas/R2-D2 We Love You, it’s True», c’est tellement mignon! Je garderais aussi celui de Passe-Partout!

NH «Noël, Noël qu’est-ce que t’as dans ton cœur?»

GB «J’ai un beau grand bonheur». Merci Rigodon!

NH C’est vrai que Noël, c’est d’abord la nostalgie. On revient aux grands classiques, comme A Charlie Brown Christmas de Vince Guaraldi. Les Noël jazzy ou des crooners, souvent copiés, des Louis Armstrong, Frank Sinatra, Billie Holiday ou Nat King Cole ont quelque chose d’intemporel...

GB Pareil pour le Joyeux Noël de Ginette Reno, lancé en 1967...

NH Une fois le filtre du temps passé, les perles ressortent, je pense aux albums de James Brown, Beach Boys, Ray Charles, Elvis...

GB Il y a aussi celui des Carpenters, lancé en 1978 qui est revenu au top 200 du Billboard en 2011. 

NH Pour le matériel plus récent, on a souvent joué les filtres et on en a écouté du mauvais stock!

GB On a souffert pour nos lecteurs!

NH Mais il m’est resté des albums qui tournent encore, comme le Christmas Caravan des Lost Fingers, le Joy to the World de Pink Martini ou encore les propositions de rockabilly de Brian Setzer, indie de Sufjan Stevens, soul de Sharon Jones ou même folk-prog de Jethro Tull. Dans le registre francophone, Claire Pelletier s’était distinguée avec Le premier Noël, bien arrangé et documenté...

GB Je te relance avec le Noël jazz de Julie Lamontagne et le Wintersong de Sarah McLachlan, paru en 2006. Les Barenaked Ladies se sont prêtés au jeu avec beaucoup d’humour en 2004 avec Barenaked for the Holidays

NH Il y a une couple d’albums collectifs réussis aussi. New Orleans Christmas, chez Putumayo, est vraiment sympathique, tout comme Holiday Rules, avec un who’s who du milieu indie...

GB Pour ses compositions, j’ajoute le It’s Christmas, de David Myles. Et pour faire lever le party, CeeLo Green (2012) fait toujours son effet.

NH Si je comprends bien, il y a encore de bons albums dans le lot. On ne pourra donc pas chauffer le poêle à combustion lente du Soleil uniquement avec des albums de Noël?

GB Non, il va falloir piger dans les disques qui ne feront pas les palmarès de fin d’année!

NH Reste à souhaiter «Joyeux Noël», alors?

GB Et sans rancune!

+


NOS LISTES DE LECTURE


Noël festif

  • Jingle Bell Rock, Hall & Oates
  • Fa la la, Bundock
  • Père Noël arrive ce soir, Ginette Reno
  • ‘Zat You Santa Claus?, Louis Armstrong
  • Medley de Noël, François Pérusse
  • 23 décembre, Beau Dommage
  • Boom Boom, Maryse Letarte
  • Bing Crosby, Mele Kalikimaka
  • Little Saint Nick, Beach Boys
  • Let it Snow! Let it Snow! Let it Snow!, Frank Sinatra


Pour écouter notre liste de lecture YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=5vyMuxxLsD0&list=PLz3tp0frCWDYzj1sfi_7FA73WHxAswVMz

Noël en douceur


  • Marie-Noël, Robert Charlebois 
  • River, Sarah McLachlan 
  • Do you hear what I hear, Pink Martini 
  • We Three Kings, The Lost Fingers 
  • Noël partout, Safia Nolin 
  • Happy XMas (War is Over), John Lennon 
  • Last Christmas, Wham! 
  • Le père Noël et la petite fille, Georges Brassens 
  • The Christmas Song, Nat King Cole 
  • I Believe In Father Christmas, Greg Lake


Pour écouter notre liste de lecture YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=iOiRwpHEdRY&list=PLz3tp0frCWDZUEGaTXamLCPJQc-6sDapK