Arts express

L’assassin de Lennon dit ressentir de plus en plus de honte

ALBANY, N.Y. — L’homme qui a abattu John Lennon en 1980 affirme qu’il se sent chaque année «de plus en plus honteux» relativement à son crime.

Mark David Chapman a parlé de ses remords en août dernier, devant la Commission des libérations conditionnelles, à New York. Il s’agissait alors de sa 10e tentative de libération, et elle s’est à nouveau révélée infructueuse. Une transcription de l’audience a été rendue publique jeudi par les responsables de la prison de New York.

Mark David Chapman, aujourd’hui âgé de 63 ans, a été condamné à une peine de prison à perpétuité, avec possibilité de libération après 20 ans.
Le 8 décembre 1980, il avait abattu l’ancien Beatle devant son appartement de Manhattan.

Mark David Chapman a déclaré aux membres de la Commission des libérations conditionnelles que John Lennon avait été «incroyable» avec lui plus tôt dans la journée, lorsqu’il lui avait dédicacé un album. Le détenu a affirmé qu’il y pensait tous les jours.  AP

***

DÉCÈS DE L'ÉCRIVAIN CONSTESTATAIRE MEXICAIN FERNANDO DEL PASO

MEXICO — L’écrivain mexicain Fernando del Paso, auteur prolifique de romans historiques, poète et diplomate, contestataire et excentrique, est mort mercredi à l’âge de 83 ans dans un hôpital de Guadalajara, a indiqué l’Université de cette ville du sud-ouest du Mexique sans préciser les causes du décès.

«Avec toi pour toujours, Fernando del Paso!», a écrit sur Twitter l’Université qui lui avait décerné le titre de docteur honoris causa en 2013.

Connu pour les couleurs électriques de ses vêtements et par son sens de l’humour, l’auteur du roman Des nouvelles de l’Empire (1986) avait une santé fragile.

Au cours de sa carrière il a reçu de nombreux prix littéraires dont notamment le célèbre Prix Cervantès en 2015.

Lors de la cérémonie de remise de ce prix, il avait sévèrement critiqué l’État mexicain, bien qu’il avait des difficultés de parler en raison d’un accident vasculaire cérébral subi en 2013.

Au Mexique, «les vols, les extorsions, les enlèvements, les disparitions, les abus de pouvoir, la corruption, l’impunité et le cynisme se poursuivent», avait-il déclaré à l’occasion, fort de sa nature rebelle.

«Il nous laisse le goût de vivre, son sens de l’humour, un héritage très précieux qui exerce une influence positive sur les jeunes inspirés par l’écriture», a déclaré à la presse sa fille Paulina del Paso.

Dans sa jeunesse, il avait travaillé pour la chaîne britannique BBC à Londres, puis pour Radio France internationale.

Sa mort représente «une perte irréparable pour la littérature mexicaine. Jusqu’à aujourd’hui il était le meilleur écrivain en vie du pays», a écrit sur Twitter le président élu du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador.  AFP