André Rieu est un violoniste qui joue debout et dirige son orchestre en même temps. «Je suis en mesure de faire face au public et à mon orchestre en même temps. L’interaction entre les deux est formidable!»

André Rieu: pour l'amour de la valse

D’aucuns lui ont accolé l’étiquette du «roi de la valse», mais André Rieu préfère la laisser à son «héros», Strauss. Quelques jours avant son passage dans la capitale, justement avec son Johann Strauss Orchestra, le violoniste néerlandais qui fait courir les foules aux quatre coins du monde a répondu par courriel aux questions du Soleil.

Q Vous avez trouvé le moyen de démocratiser la musique classique. Rêviez-vous depuis le début de votre carrière de remplir des arénas et de créer de spectaculaires célébrations?

R Bien, j’ai toujours eu un rêve: que tout le monde apprivoise la valse et de voyager sur tous les continents avec mon orchestre. Nous avons commencé dans de petits théâtres il y a 30 ans et à partir de là, la croissance a été rapide et de plus en plus de gens ont connu ma musique et mon orchestre. Dans notre tournée aux États-Unis et au Canada ce mois-ci, nous jouons dans des salles qui accueillent jusqu’à 12000 personnes. En 2008, j’ai donné le plus grand concert de ma carrière devant 38000 personnes au stade de Melbourne avec une réplique du château de Schönbrunn de Vienne comme décor. C’était absolument fantastique pour nous tous. Walt Disney avait une vision: “si tu peux le rêver, tu peux le faire!” Il avait raison, mon rêve devient de plus en plus réel chaque jour. C’est vraiment cool!

Q Pourquoi avez-vous choisi de jouer du violon et qu’est-ce que vous préférez à propos de cet instrument?

R J’ai grandi dans une famille de musiciens. Mon père a dirigé plusieurs orchestres symphoniques et des opéras, tous mes frères et sœurs jouent d’un ou de plusieurs instruments, tous choisis par ma mère. Elle croyait que le violon conviendrait mieux à son fils aîné (moi-même) et elle avait raison. Je lui dois tant! Il n’y a aucun autre instrument capable de traduire mes émotions aussi bien. Je ne pourrais pas imaginer ma vie sans le violon! C’est comme une partie de mon corps!

Q Qu’est-ce qui vous plaît dans votre rôle de chef d’orchestre?

R Je suis ce qu’on appelle un “Stehgeiger”, soit un violoniste qui joue debout et qui dirige son orchestre en même temps. Mon plus grand héros, Johann Strauss, a été l’un des tout premiers au monde à faire ça. Je me sens honoré de pouvoir marcher dans ses traces. Il est aussi le seul et unique roi de la valse. C’est un travail fantastique parce que je suis en mesure de faire face au public et à mon orchestre en même temps. L’interaction entre les deux est formidable!

Q Vous vivez dans un château à Maastricht, un choix d’habitation plutôt inhabituel de nos jours. Pourquoi avez-vous choisi ce lieu?

R Quand j’étais enfant, je suivais des leçons de piano dans ce même bâtiment. À cette époque, je lisais les bandes dessinées de Tintin, dans lesquelles le capitaine Haddock a acheté le château Moulinsart. À partir de ce moment, j’ai rêvé d’avoir mon propre château aussi. Au milieu des années 90, ce château à Maastricht a été mis en vente. Je n’ai pas hésité une seule seconde et j’ai immédiatement organisé une visite. Quelques semaines plus tard, nous l’avons acheté.

Q De quel moment de votre carrière ou de votre vie êtes-vous le plus fier?

R Mon mariage avec Marjorie, l’amour de ma vie, en 1975, a été le plus beau moment de ma vie et c’est aussi le moment dont je suis le plus fier. En ce qui concerne ma carrière, il y en a tant! C’est très difficile d’en choisir un en particulier. De jouer devant 60 000 amateurs de soccer pendant le match Ajax — Bayern Munich a été plutôt excitant. Je n’ai jamais eu un si grand auditoire que ce soir-là. Tout le monde a chanté les mélodies de Strauss. C’était incroyable et si gratifiant!

Q Qu’est-ce qui vous importe dans une expérience artistique? Que cherchez-vous à trouver et que cherchez-vous à faire vivre au public?

R J’essaie de rendre la musique classique accessible à tous, peu importe leur âge ou le type de personnes. De plus, il ne faut pas oublier que toutes les émotions sont permises durant mes concerts. Si vous vous sentez heureux, n’ayez pas peur de rire. Si vous êtes triste, sentez-vous à l’aise de pleurer et de montrer vos larmes. Et portez attention au pouvoir magique et enchanteur du rythme à trois temps de la valse. “Une valse par jour éloigne le médecin pour toujours!”


« Une valse par jour éloigne le médecin pour toujours! »
André Rieu

Q Que faites-vous quand vous ne jouez pas de musique?

R Je lis des livres, je joue avec mes petits-enfants ou je me promène dans mon quartier. Il y a une délicieuse forêt tout près où j’aime me balader avec ma femme et mes chiens.

Q Quels sont vos projets pour le futur, avec ou sans le Johann Strauss Orchestra?

R J’espère seulement être en mesure de jouer pendant encore plusieurs années. Je ne peux tout simplement pas imaginer ma vie sans musique. Et il est certain que le Johann Strauss Orchestra sera toujours avec moi, c’est ma famille élargie. Plusieurs musiciens sont avec moi depuis plus de 20 ans. La tournée, c’est ma vie, mais j’ai une entreprise familiale qui génère toujours de nouvelles idées. Par exemple, mes concerts sont diffusés dans des cinémas autour du monde. La compagnie André Rieu Travel organise des voyages vers mes concerts. Chaque année, nous sortons de nouveaux CD et DVD. Nous mettons aussi des énergies à développer de nouveaux marchés pour les spectacles, comme en Chine, où nous espérons tourner dans un futur rapproché. On ne s’ennuie jamais! Il y a tant de belle musique dans le monde que je voudrais jouer avec mon orchestre.

VOUS VOULEZ Y ALLER?

• Qui: André Rieu et le Johann Strauss Orchestra

• Quand: 26 septembre à 20h

• Où: Centre Vidéotron

• Billets: de 106$ à 128$