9e festival Québec en toutes lettres: audace et vertiges

Propulsé par la désignation de Québec comme ville du patrimoine mondial de l’UNESCO en littérature et nouvellement soutenu par le Bureau des grands événements, Québec en toutes lettres prend un virage plus audacieux et dévale plus largement dans l’espace public. Le festival littéraire de la capitale a de l’ambition et de l’énergie à revendre.

Question de donner le ton en conférence de presse, les habituels discours officiels ont été servis entre des interventions musicales colorées et les appels impromptus de Louis-Karl Picard-Sioui, qui jouait les crieurs de bingo pour mousser le Bingo littéraire Kwahiatonhk! qui permettra d’entendre (et de dire) des textes d’auteurs autochtones le samedi 27 octobre. 

Le festival s’ouvrira une semaine plus tôt avec des activités liées au 70anniversaire du Refus global, geste de désobéissance artistique nécessaire qui a profondément marqué l’histoire du Québec, et avec les interventions du collectif français les Souffleurs (annoncées la semaine dernière) dans le quartier Saint-Roch.

L’Impérial

Outre le spectacle L’Obéissance (26 octobre), regroupant des extraits du livre du même nom de Suzanne Jacob, à la Chapelle du musée de l’Amérique francophone, toutes les propositions scéniques seront présentées à l’Impérial. Voilà des années que la Nuit de la poésie ne peut accueillir tous les spectateurs qui se présentent. 

«Nous espérons qu’en plaçant l’événement à L’Impérial, tout le monde pourra entrer, indique Isabelle Forest, responsable de la programmation du festival. Sinon, l’an prochain, on s’en va au Centre Vidéotron!» Chloé Sainte-Marie sera l’invitée d’honneur de l’événement, qui regroupera de nombreux poètes le 25 octobre.

Un cabaret désobéissant (23 octobre) au large spectre — de Mathieu Arsenault à Gab Paquet; l’opéra-tango La bibliothèque interdite (24 octobre) de Denis Plante, porté par Sébastien Ricard; Chrysalide (25 octobre) de Queen KA, mis en scène par Yann Perreau, font aussi partie des propositions. Après le bingo, l’électro planante de La Bronze se mariera à la poésie de Véronique Grenier.

Toute la programmation (incluant le volet jeunesse) à quebecentouteslettres.qc.ca