Ida Toninato de Montréal présentera «Sounding the Fabric», une performance sonore au saxophone baryton.

5e Grande rencontre des arts médiatiques: à l’heure du numérique

RIVIÈRE-DU-LOUP — La 5e Grande Rencontre des arts médiatiques, qui se déroule en marge des Percéides, se met à l’heure du numérique. Du 16 au 18 août, la Grande Rencontre, qui s’inscrit au coeur de la programmation du Festival international de cinéma et d’art de Percé, présentera les œuvres de 26 créateurs des arts médiatiques et numériques sous toutes ses formes.

Parmi ces artistes, une quinzaine seront présents à Percé. Plusieurs activités composent le programme de l’événement : des courts-métrages, une table ronde avec les artistes, des performances audiovisuelles en salle, un atelier théorique sur le son en contexte audiovisuel et des interventions sonores aux abords de la plage de Percé. 

«La table ronde permettra au public de poser des questions aux artistes, décrit la commissaire de la Grande Rencontre des arts médiatiques, Esther Bourdages. Ça permettra aussi aux artistes de partager entre eux et de créer des liens. Souvent, il y a des collaborations entre artistes.»

Cette année, l’accent est mis sur les artistes émergents et en mi-carrière du Québec et d’ailleurs dans le monde qui développent une production indépendante. «Cette année, on a décidé d’avoir un focus plus local, précise Mme Bourdages. On a une réalisatrice de Matane, il y a des artistes de Rimouski et on a une artiste d’Escuminac en Gaspésie. Mais, il y a aussi des artistes de Toronto, de Québec et une présence autochtone. On a deux femmes artistes des Premières Nations qui présentent un regard féminin sur l’identité. Il y a aussi une présence asiatique; ce sont des artistes qui habitent Montréal, mais qui sont d’origines coréenne et taïwanaise.»

La grande majorité des courts-métrages présentés durant la 5e Grande Rencontre des arts médiatiques seront projetés pour la première fois en Gaspésie. Certains d’entre eux seront même diffusés en première québécoise. 

Définition large

Pour la commissaire de la Grande Rencontre, le numérique embrasse une définition assez large. 

«C’est de l’art qui se fait avec des ordinateurs ou de la technologie, avance Esther Bourdages. La technologie, c’est assez large aussi. Ça peut aller vers de l’équipement électronique, mais dans le sens que nous le considérons, il y a aussi le regard vers la vieille technologie. C’est un discours éditorial que je mets de l’avant : il ne faut pas oublier que les vieilles technologies peuvent se conjuguer avec les nouvelles technologies.»

Par exemple, le trio composé de Ivetta Sunyoung Kang, Eric Dong Ho You et Matthew Wolkow présentera une œuvre avec des sons travaillés électroniquement qui allie des diapositives de Percé et un film en 16 mm. «C’est une primeur mondiale puisque c’est la première fois qu’ils travaillent ce matériau-là», estime la commissaire de l’événement.

«On veut vraiment apporter en Gaspésie quelque chose de frais et de différent puisqu’il n’y a pas beaucoup d’arts médiatiques et technologiques, continue Mme Bourdages. On veut vraiment démocratiser et apporter au public ce genre de pratique. Ce n’est pas une pratique concentrée sur la technologie elle-même, mais c’est la technologie qui apporte un message, un discours, des réflexions, une sensibilité.»

La 5e Grande Rencontre des arts médiatiques se tiendra au Centre d’art de Percé du 16 au 18 août. Pour consulter la programmation : perceides.ca/grande-rencontre2019