La formation 2Frères en formule ciné-parc à Matane
La formation 2Frères en formule ciné-parc à Matane

2Frères en formule ciné-parc: une expérience surprenante

MATANE — Après Gatineau et Terrebonne la semaine dernière, le groupe 2Frères a offert des spectacles en formule ciné-parc samedi à Rimouski et dimanche à Matane. Si le concept semblait peu attrayant, il était pour le moins surprenant.

Si l’on en juge par les nombreux coups de klaxon et appels de phares de la prestation de Matane, les spectateurs ont beaucoup apprécié la formule. Reconnaissant avoir eux-mêmes exprimé certains doutes sur l’atmosphère qui pourrait se dégager à l’idée de se produire devant des véhicules stationnés, sans voir les spectateurs, les membres de la formation ont apprécié l’expérience jusqu’au point de souhaiter que le modèle puisse survivre à la pandémie.

«Quand on a eu l’idée, au mois de mars ou avril, et qu’on ne savait pas si on allait pouvoir le faire, on s’était dit que ce serait mieux que rien parce que sinon, on ne travaillerait pas, raconte l’un des membres du groupe, Sonny Caouette, en entrevue avec Le Soleil. Il n’y avait aucune manière de travailler dans le domaine artistique, cet été, sauf dans ce genre de condition-là. On s’attendait à une ambiance plutôt froide. Finalement, ce sont des appréhensions qui se sont révélées fausses. Non seulement c’est mieux que rien parce qu’on peut travailler, mais c’est agréable! C’est le genre d’expérience que, même quand la COVID sera derrière nous, je ne refuserais pas de faire quelques fois par été. C’est particulier, comme ambiance. Ce n’est pas du tout la même chose, mais ce n’est pas moins agréable. C’est différent.» Il faut cependant dire que, contrairement à son frère Érik, Sonny est un fan de ciné-parc. «J’y vais régulièrement.» Si les deux frères Caouette ont été les premiers au Québec à annoncer qu’ils se lançaient dans une tournée en formule ciné-parc, le concept existe néanmoins ailleurs dans le monde. «On peut dire qu’on a importé l’idée ici», nuance Sonny.

Ambiance du Bas-du-Fleuve

Le spectacle de samedi à Rimouski a été présenté sous la pluie. «Il a mouillé, mais c’était quand même un spectacle avec beaucoup d’ambiance, souligne le musicien. Les gens étaient présents et c’était vraiment agréable. Ça faisait du bien de revenir dans le Bas-du-Fleuve parce que ça faisait longtemps qu’on n’était pas venus ici. La dernière fois, c’était à Rivière-du-Loup, il y a un an ou deux. La région est magnifique. On adore venir ici.»

Le lendemain, avant le spectacle de Matane, la pluie a refait son apparition. «On a eu peur, indique-t-il. Ils annonçaient des orages. Donc, on avait peur que ce soit annulé et qu’on ne puisse pas faire le show. Finalement, il a fait super beau à Matane.»

Demandes spéciales

Seul sur scène avec un batteur, le duo n’a pas uniquement joué des pièces de son répertoire. Dans une publication sur la page Facebook du groupe, les gens étaient invités à formuler leurs demandes spéciales. Pendant le spectacle, Érik a réitéré l’invitation quelques fois. De toutes ces demandes spéciales, la directrice de tournée, Laurie Paquet, a procédé à un tri qu’elle a fait parvenir sur la tablette des musiciens pendant qu’ils étaient sur scène. «Donc, en temps réel, on reçoit les demandes spéciales des gens et nous, on pige là-dedans», explique Sonny.

L’exercice est impressionnant, tant le répertoire est varié. Tout l’aspect qui tient de l’improvisation sur scène, où les deux musiciens n’hésitent pas à reprendre une chanson sous une tonalité plus appropriée, apporte une chaleur, voire un air bon enfant à la prestation. «Il n’y a pas de préparation à proprement parler, confirme Sonny. On choisit dans le tas. Érik et moi, on a fait six ans de bars. Les tunes des autres, on en connaît beaucoup. C’est une de nos parties préférées du spectacle. Ça a fait partie de notre vie longtemps, puis on veut garder cet aspect-là. On a toujours aimé faire des covers et on aime ça, se mettre un peu en danger. C’est pour ça qu’on continue de le faire.» Cela est presque prodigieux de savoir les paroles par cœur d’autant de chansons choisies à brûle-pourpoint. «Ça, c’est la job d’Érik», lance son frère en riant. De La ballade de Jean Batailleur en passant par Entre Matane et Bâton rouge, Tassez-vous de d’là au Vieux du Bas-du-Fleuve ou encore à Snack-bar chez Raymond, ils ont notamment interprété toutes ces demandes spéciales sous des klaxons et des clignotants en délire. Mais la chanson que la formation chante tous les soirs depuis le début de la tournée parce qu’elle est demandée par des dizaines et des dizaines de spectateurs, c’est le plus récent succès des Cowboys fringants, L’Amérique pleure. «C’est un groupe que j’affectionne particulièrement», a souligné Érik.

Après une heure et 20 minutes de spectacle sans interruption, les 2Frères sont revenus sur scène sous une ovation de klaxons et de phares pour livrer leur succès M’aimeras-tu pareil? en rappel. Dès les premières notes, un couple n’a pu s’empêcher de sortir de la voiture pour danser collé pendant toute la chanson, tout en s’embrassant amoureusement. Les deux musiciens ont aussi joué une composition d’Amélie Larocque dont, selon Érik, ils se font le plus parler depuis qu’elle est sortie et qui les bouleverse dans leur rôle de père: Grande personne.

Après ce 11e spectacle de la tournée en formule ciné-parc, le duo a repris la route vers Amos en Abitibi, où il sera en prestation jeudi. Il ne reste que cinq spectacles sous ce concept. «À travers ça, il y a quelques spectacles en salle, en mode confinement, qui vont respecter toutes les règles sanitaires», précise Sonny Caouette.