SuperSuper, de Line Nault, un triptyque composé de Super8, Super réalité et Super N64, sera présenté les 8 et 9 février. Deux interprètes y exécutent une partition gestuelle vertigineuse où le code numérique est dévié et devient poésie.

19e Mois multi: célébrer le dépaysement

Un nouveau lot d’œuvres sonores, visuelles, robotiques, cinétiques et radiophoniques sera présenté pendant le 19e Mois multi, le festival hivernal qui incite à expérimenter, ressentir, et percevoir autrement le monde qui nous entoure.

Cette célébration des arts multidisciplinaires et électroniques rassemblera une cinquantaine d’artistes de huit pays. Arrimant les arts visuels à la musique et à la danse, le Mois multi lorgne aussi du côté de la littérature cette année, notamment avec la présence du libraire Paul-Albert Plouffe de la librairie Pantoute, en résidence pour proposer des suggestions de lecture en lien avec les œuvres présentées.

Côté performances, la chorégraphe Line Nault a inventé une partition gestuelle mariant code numérique et poésie baptisée SuperSuper. Christian Lapointe et Nadia Ross présenteront une version laboratoire de P.O.R.N. Portrait of Restless Narcissism, une œuvre théâtrale qui explore les dédales de la pornoculture pour tenter de s’en extraire. Julien Maire, un Français passionné des mécaniques de l’image et du cinéma, s’intéressera aux pratiques spectaculaires dans la conférence-performance Daisy Chain. Ses compatriotes Julien Clauss et Emma Loriaut présenteront un bulletin météorologique mondial sonore et un marathon de lecture radiophonique, en trio avec Cécile Clozel.

Les amateurs de soirées déjantées peuvent inscrire le samedi 10 février à leur agenda. Un radical ghetto blaster psychique d’Alexandre St-Onge, une performance vidéo de Pascal Dufaux et Sarah Wendt, Ondes, une œuvre qui lie danse et matière concoctée par le Collectif LAS (Sarah Booth, Léa Ratycz-Légaré et Ariane Voineau) et une performance électronique minimale wave du duo américain Xeno & Oaklander sont au menu.

Soirée indomptée

Il s’agira de la 3e Soirée indomptée du festival, qui a déjà dévoilé en décembre les œuvres présentées lors de sa fin de semaine inaugurale les 2 et 3 février. Le producteur et DJ Michel Plamondon a été invité à mettre son grain de sel dans la programmation, pour les prestations en musique électronique qui se tiendront notamment à la Cuisine après ces trois soirées spéciales. 

Outre les œuvres de Magali Babin, Scott Massey et du théâtre Rude ingénierie qui seront inaugurée en janvier, sept installations seront à découvrir en février. À Méduse, Camille Bernard-Gravel signe deux œuvres cinétiques en lien avec la nature, Simon Laroche et David Szanto proposent une installation où l’humain est au service d’un robot nourricier, Els Viaene (de Belgique) crée une activité sismique miniature, accélérée et amplifiée, Julien Maire présente une installation image par image mécanique et Christian Skjødt (du Danemark) concocte deux œuvres sonores, en collaboration avec Avatar. Julien Clauss présentera une installation radiophonique à Regart, alors que Graeme Patterson mettra le public en interaction avec un animal sauvage numérique à la Galerie des arts visuels et que Pavitra Wickramasinghe (du Sri Lanka) évoquera le mouvement de l’océan à La chambre blanche.

Le 19e Mois multi est orchestré par la commissaire Ariane Plante, et clôt un triptyque sur le thème du réenchantement du monde. 

Détails au moismulti.org ou à 418 524-7553 poste 3