Peter Peter
Peter Peter

10 albums à écouter cet automne

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Dance Laury Dance

Dance Laury Dance, C’est ça11 septembre

Les rockeurs de Dance Laury Dance ont certes changé de look dans la foulée de la création de leur nouvel album. Mais ce n’est pas la seule chose qui est différente pour la bande de Max Lemire, qui brasse désormais la cage en français. Ne vous laissez pas berner par leurs sourires angéliques ou leur gentil compagnon canin, le groupe renoue avec ses «Mamanbaiseurs» avec toute la fougue et l’irrévérence qu’on lui connaît.

Peter Peter, Super comédie, 25 septembre

Installé à Paris depuis maintenant sept ans, le Québécois Peter Peter reprendra sous peu l’avant-scène avec Super comédie, son quatrième album studio. Le musicien y explore les thèmes de l’amour et de l’angoisse, des réflexions qu’il pare de mélodies qui happent l’oreille et de synthétiseurs dégourdis. En prime, une chanson, Répétition, qui a été signée avant la pandémie, mais qui semble néanmoins faire écho au confinement des derniers mois.

Public Enemy, What You Gonna Do When The Grid Goes Down, 25 septembre

Les vétérans rappeurs de Public Enemy n’ont pas raté leur effet, en juin, en revisitant leur grand succès Fight the Power en ouverture du gala des BET Awards. L’indignation suscitée par le décès de George Floyd aux mains de policiers et les soulèvements populaires qui s’en sont suivis résonnaient encore fort, tout comme le discours engagé du groupe. Celui-ci a aussi profité des derniers mois pour lancer un solide jab musical à Donald Trump avec la pièce State of the Union. Voilà, la table est mise pour un nouvel album...

Sufjan Stevens, The Ascension, 25 septembre

Mine de rien, ça fait déjà cinq ans que le talentueux Sufjan Stevens n’a pas proposé de nouvel album solo. L’Américain se reprend cet automne et donnera suite au très réussi Carrie & Lowell avec The Ascension. Les extraits dévoilés à ce jour — dont l’ambitieuse America et ses 12 minutes de musique — laissent entrevoir le retour d’un auteur-compositeur-interprète pour le moins inspiré et d’un doué créateur indie qui n’a pas perdu la main.

Daniel Bélanger, Travelling, 2 octobre

Avec cette première offrande depuis Paloma en 2016, Daniel Bélanger invite les mélomanes à se faire leur cinéma : il nous laisse créer le film, il se charge de la trame sonore. L’auteur-compositeur-interprète a joué d’à peu près tous les instruments sur ces nouvelles compositions aux titres qui ont de quoi stimuler l’imaginaire et le sens de l’humour, comme Le triomphe d’une perruche, Un grillon au parc national ou La flûte atomique.

Daniel Bélanger

Corey Taylor, CMFT, 2 octobre

On le connaît masqué au micro du groupe métal Slipknot et à visage découvert à la barre de la formation rock Stone Sour. Voilà que Corey Taylor ajoute une corde à son arc musical en se lançant en solo. Le revoici donc dans un registre moins pesant — les métalleux risquent de ne pas y trouver leur compte… —, explorant des influences musicales diverses : il tâte même le hip-hop dans l’extrait CMFT Must Be Stopped, dont la vidéo inclut des caméos de Marilyn Manson et Lars Ulrich.

Francis Cabrel, À l’aube revenant, 16 octobre

Cinq ans après In Extremis, Francis Cabrel proposera le 16 octobre son 14e album en carrière, À l’aube revenant. Le titre, nous dit-on, fait référence «à la poésie des troubadours et à l’époque médiévale». Un premier extrait, Te ressembler, a donné le ton ces derniers jours dans une veine familiale : la chanson est dédiée au père de l’auteur-compositeur-interprète, qui y partage aussi le micro avec sa fille Aurélie.

Helena Deland, Someone New, 16 octobre

Après avoir ouvert la porte sur son univers créatif par l’entremise d’une série de minialbums, Helena Deland proposera enfin un album complet cet automne. Créé sur une période de deux ans, Someone New a amené l’autrice-compositrice-interprète à se pencher sur les notions de genre, de pouvoir ou de temps. L’album «traite d’un moment où je me suis sentie paradoxalement étrangère à moi-même», a fait savoir la musicienne.

Beyries, Encounter, novembre

Amélie Beyries est arrivée à la musique sur le tard, elle qui a osé réaliser son rêve après avoir survécu à deux cancers. L’autrice-compositrice-interprète n’a néanmoins pas manqué sa chance de faire bonne impression en proposant en 2017 Landing, un premier album très convaincant. Un univers sensible, une plume délicate, une voix porteuse… La Montréalaise ajoutera un deuxième chapitre à sa discographie cet automne. Si l’on se fie aux deux extraits dévoilés plus tôt cette année, ça augure bien pour la suite.

Kylie Minogue, Disco, 6 novembre

Pas de cachette, ici, Kylie Minogue affiche ses couleurs en intitulant son prochain album Disco. Et on peut dire que la vedette australienne joue la carte à fond dans le clip de l’extrait Say Something, bien garni de paillettes et assorti d’un facteur kitsch assez substantiel. Mais bon, c’est assumé. Et à voir les clics qui s’accumulent par millions sur YouTube, gageons qu’ils sont nombreux à attendre ce 15e album studio de la blonde chanteuse.