«Quand tu chantes les mêmes succès depuis deux ans, tu es prêt à tout pour créer une nouvelle atmosphère», estime Sameer Gadhia, chanteur de Young the Giant.

Young the Giant: occasion manquée

Pour sa première présence au Festival d'été de Québec, Young the Giant s'est produit mardi soir sur les plaines d'Abraham, rien de moins. Le groupe californien a manqué une belle occasion de se faire un nom en livrant une prestation statique et aux chansons trop mollo pour la grande scène extérieure.
Il faut dire que la troupe de Sameer Gadhia propose une alt-pop-rock générique inoffensive, parfaite pour une première partie des Killers, d'ailleurs. Le chanteur s'est démené comme il a pu, mais il n'est pas exactement une bête de scène. 
Batteur montréalais
Heureusement que Young the Giant pouvait compter sur son batteur François Comtois, Montréalais d'origine, pour s'adresser aux spectateurs en français et mettre un peu d'ambiance. Ce dernier a d'ailleurs dédié Firelight, une ballade, à ses grands-parents décédés.
La musique de Young the Giant était d'ailleurs trop atmosphérique pour retenir l'attention des spectateurs, dont plusieurs portaient peu attention, même en avant. Il faut dire que c'est du rock propret, pas très original et qui manque clairement de tonus et de personnalité. 
On a déjà vu pire, mais on a déjà vu beaucoup mieux...