Xavier Dolan

Xavier Dolan en compétition à Cannes

Xavier Dolan sera de la compétition officielle pour le 67e Festival de Cannes avec Mommy, son cinquième film. Ce sera la première fois qu'un Québécois y est depuis Denys Arcand (Les invasions barbares, 2003). Le réputé cinéaste a d'ailleurs été écarté. Outre le réalisateur prodige de 25 ans, deux autres Canadiens concourront pour la Palme d'or: David Cronenberg et Atom Egoyan.
Il n'y a pas vraiment de surprise - à part Jean-Luc Godard - dans les 18 films sélectionnés qui marquent le retour de plusieurs habitués: les Dardenne, Leigh, Loach, Assayas, etc.
Xavier Dolan est un habitué de la Croisette puisque ses trois premiers films y ont été présentés. D'abord à la Quinzaine des réalisateurs, puis ensuite dans la section Un certain regard, qui fait partie de la compétition officielle. Cette fois, il réalisera son rêve de toujours: concourir pour la Palme d'or. Il serait le plus jeune réalisateur à remporter celle-ci s'il y parvenait, un titre qui appartient à Steven Soderbergh pour Sexe, mensonges et vidéo, en 1989, à 26 ans.
Mommy met en scène ses deux actrices de prédilection, Anne Dorval et Suzanne Clément, de même que le jeune Antoine Olivier-Pilon, vedette du clip College Boy d'Indochine. «Mommy est un film plus mature, qui fait franchir à Xavier une étape supplémentaire», a déclaré Thierry Frémaux, le délégué général du Festival, lors de la conférence de presse de ce matin.
Le règne de la beauté, de Denys Arcand, était pressenti, mais il ne se retrouve pas en compétition officielle, ni dans la section Un certain regard. Il n'y aura d'ailleurs pas de Québécois dans cette dernière, contrairement à l'an passé (Sarah préfère la course, Chloé Robichaud).
Dolan ne sera pas le seul Canadien en lice pour la Palme d'or puisque le vétéran Cronenberg y présentera Maps to the Stars. Le long métrage, qui examine d'un point de vue critique l'obsession de la célébrité à Los Angeles, met en vedette John Cusack, Julianne Moore et Mia Wasikowska. Quant à Egoyan, son film Captives, à propos d'un homme qui recherche sa fille kidnappée, il compte sur Ryan Reynolds, Rosario Dawson et Mireille Enos.
Le Festival, réputé pour être fidèle à ses réalisateurs, a maintenu la tradition: les frères Dardenne, deux fois vainqueurs, seront en lice avec Deux jours, une nuit; ainsi qu'Olivier Assayas (Sils Maria), Mike Leigh (Mr. Turner), Ken Loach (Jimmy's Hall) et le Turc Nuri Bilge Ceylan (Sommeil d'hiver), trois fois primés à Cannes.
Une grosse surprise, toutefois, le retour de Jean-Luc Godard. Le monstre sacré et controversé du cinéma français présentera Adieu au langage, qui marquera sa septième présence en compétition officielle, de laquelle il est toujours reparti bredouille.
La sélection fera aussi une place au réalisateur de The Artist, Michel Hazanavicius (The Search); au deuxième film de l'acteur Tommy Lee Jones (The Homesman) ainsi qu'à Foxcatcher de Bennett Miller, dont plusieurs avaient prédit la sélection.
Quelques films prévus dans la course à la Palme d'or ont trouvé refuge dans la section Un certain regard. C'est le cas notamment de La chambre bleue de Mathieu Amalric, présent l'an passé comme acteur; de Lost River, le premier long métrage de l'acteur Ryan Gosling, et de Bird People de Pascale Ferran. Autre présence intrigante et potentiellement très intéressante, celle de Wim Wenders. Le réalisateur des Ailes du désir y présente son documentaire Le sel de la terre consacré au travail de l'immense photographe Sebastiao Salgado.
Le 67e Festival de Cannes se déroule du 14 au 24 mai. L'ouverture sera assurée par Grace de Monaco d'Olivier Dahan, avec Nicole Kidman dans la peau de Grace Kelly. Le jury de la compétition sera cette année présidé par Jane Campion.
La liste complète est disponible au www.festival-cannes.fr.