Tina Weirather est devenue la première enfant d'un ancien vainqueur d'une Coupe du monde à décrocher un Globe en remportant le titre en super-G.

Weirather poursuit la tradition familiale

Tina Weirather a rejoint jeudi à Aspen ses parents et l'un de ses oncles au palmarès de la Coupe du monde de ski alpin en remportant à 27 ans le Globe de super-G.
Arrivée dans le Colorado avec 15 points de retard sur la Slovène Ilka Stuhec, Weirather a fait coup double. La Liechtensteinoise a dominé le dernier super-G de l'hiver et chipé le Globe de cristal de la spécialité à Stuhec par cinq petits points grâce à sa septième victoire en carrière, la première de la saison.
Pour Weirather (1:11,66), qui a devancé Stuhec de 35 centièmes de seconde et l'Italienne Federica Brignone de 36 centièmes, ce Globe est «le plus beau résultat» de sa carrière. «C'est encore plus fort qu'une médaille dans un Championnat du monde, car il faut répondre présent tout l'hiver» a-t-elle savouré.
Elle poursuit la tradition familiale. Sa mère Hanni Wenzel, double championne olympique en 1980 à Lake Placid, a remporté sept Globes, dont deux pour le classement général de la Coupe du monde; son père Harti Weirather a enlevé, sous le drapeau de l'Autriche, la Coupe du monde de descente en 1981; sans oublier son oncle Andreas Wenzel, vainqueur du grand Globe en 1980.
«Ce n'est pas parce que j'ai cette filiation que c'est différent des autres sportifs, je suis simplement très heureuse», a relevé Weirather qui est devenue la première enfant d'un ancien vainqueur d'une Coupe du monde à décrocher un Globe. «Les titres et les médailles de mes parents remontent à longtemps», a-t-elle souri.
Vonn chute
L'épreuve féminine a été ponctuée de plusieurs chutes, dont celle de l'Américaine Lindsey Vonn. Après avoir heurté un panneau et glissé jusque dans la clôture de sécurité, elle est remontée sur ses skis pour compléter l'épreuve.
Chez les hommes, Hannes Reichelt a remporté le super-G, tandis que le Québécois Erik Guay a raté une porte et n'a pu compléter l'épreuve. L'Autrichien a franchi le parcours en 1:08,22 pour devancer l'Italien Dominik Paris (1:08,33), vainqueur de la descente la veille. Le Norvégien Kjetil Jansrud, qui était assuré de repartir avec le Globe de la discipline, a terminé neuvième.