Chanson, Le couloir des ouragans, de Viviane Audet

Viviane Audet: patience récompensée ****

«Cet album en est un de patience, d'espoir et d'entêtement», souligne Viviane Audet dans le livret du Couloir des ouragans, qui nous arrive plus de sept ans après un premier effort prometteur.
La musicienne et comédienne a eu raison de s'accrocher pour mener ce projet à terme : elle nous convie aujourd'hui dans une bulle musicale accomplie et bien mûrie, faite de textes truffés d'images et d'une touchante mélancolie. Si on pouvait reprocher à son premier album un certain manque de cohésion, Audet a indéniablement rajusté le tir avec celui-ci - élégamment réalisé par Philippe Brault - en plaçant le thème de la rupture au centre de sa création. D'une voix douce, à la fois aérienne, mais bien incarnée, elle chante avec justesse les restants d'amour qu'on emballe dans des boîtes, les relations qu'on essaie (en vain) de raccommoder, les désillusions de la vie à deux, ces moments où on tente de repousser l'inévitable, ces autres où on repart en neuf en tablant sur de petites indulgences (Chu r'vnue, chouette cadeau de la poétesse acadienne Georgette LeBlanc).