Après avoir terminé 5e(15 km) samedi et 20e (sprint) dimanche à la Coupe du monde de Toblach, Alex Harvey et son équipe ont fait leurs valises et arrivent au village olympique lundi.

Vingtième dimanche, Alex Harvey débarque à Sotchi

Pas trop déçu de sa 20e place au sprint de dimanche, Alex Harvey débarque à Sotchi cet après-midi. «Ma prochaine course à l'horaire, c'est aux Jeux olympiques!» a constaté le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges, en quittant l'Italie.
Aussitôt la dernière étape pré-olympique conclue sur le parcours de 1,3 km de Toblach, Harvey et ses acolytes de l'équipe canadienne de ski de fond pliaient bagage pour redescendre jusqu'à l'aéroport de Munich, en Allemagne, avant de coucher à Francfort. De là, ce matin, ils prenaient l'avion avec comme destination finale le village olympique.
«Il n'y a plus grand-chose entre nous et la première course des Jeux», expose l'athlète de 25 ans, au téléphone. Surtout pas un manque de forme ou de confiance. Après sa cinquième position au 15 km de samedi, Harvey considère son 20e rang au sprint comme satisfaisant. Encore plus après une intense semaine d'entraînement en altitude.
«J'étais un peu endormi en qualifications [22e], mais je me sentais bien en ronde éliminatoire. Une petite erreur tactique à la fin m'a empêché d'avancer.» Il a terminé quatrième de son quart de finale. «C'est quand même mieux que n'importe quelle autre fin de semaine avant un important championnat dans le passé», insiste Harvey.
À la veille des grands rendez-vous, il a souvent sous-performé. Comme l'an dernier, quand il avait fini 39e au sprint de la Coupe du monde de Davos, une semaine avant les Championnats du monde. Ou encore sa 48e position au sprint de Canmore en 2010, juste avant les Jeux olympiques de Vancouver. Même genre en 2009 et en 2008.
L'exception vient de 2011. Harvey avait alors remporté une médaille d'argent au sprint de Drammen, quelques jours avant de connaître d'excellents Championnats du monde : premier au sprint par équipe avec Devon Kershaw, cinquième au 50 km solo et septième au sprint individuel.
Préparer le terrain
Quand Harvey et sa bande poseront leurs skis à Sotchi, lundi, tout sera prêt pour les accueillir. L'entraîneur-chef Justin Wadsworth, le technicien-chef Yves Bilodeau et le directeur haute performance de Ski de fond Canada Thomas Holland ont pris 24 heures d'avance pour préparer le terrain.
«J'imagine qu'on va être vraiment dans l'ambiance une fois là-bas, dans le village», affirme Harvey. Les entraînements commencent mardi, dans le tracé du Complexe Laura. La première épreuve olympique masculine a lieu dimanche, un skiathlon amorcé par 15 km en style classique suivi de 15 km en style libre. Six courses sont au programme et Harvey devrait faire l'impasse sur l'une d'entre elles, mais il n'a pas encore déterminé laquelle. Il compte être du skiathlon.
Son père, Pierre Harvey, athlète olympique en ski de fond (1984 et 1988) et en cyclisme sur route (1976 et 1984), sera à Sotchi à titre d'analyste des épreuves de ski de fond pour Radio-Canada.
Dans la course de dimanche, les autres Canadiens Jesse Cockney (47e), Kershaw (60e) et Len Valjas (64e) n'ont pas franchi les qualifications. Trois des six finalistes étaient Norvégiens, dont Ola Vigen Hattestad, grand vainqueur. Les neuf derniers sprints de Coupe du monde, étape à part entière ou tranche d'un tour, ont été remportés par neuf concurrents différents.