Vers l'abolition des bagarres

La blessure de George Parros a relancé le débat. Faut-il abolir les bagarres dans la Ligue nationale de hockey? Chaque fois qu'un incident du genre se reproduira, ça va recommencer!
On ne peut pas comparer un joueur qui s'écrase tête première sur la glace à un lutteur qui tombe sur le tapis. Ça peut aller jusqu'à la mort. Personne n'aime voir un joueur quitter la patinoire sur une civière. La blessure de George Parros a brisé le party dans le Centre Bell lors du match d'ouverture du Canadien de Montréal.
Je commence à penser que les bagarres vont être abolies dans la Ligue nationale, même si les opinions sont encore très partagées. On se dirige lentement, mais sûrement vers cette prise de position. Des directeurs généraux comme Ray Shero ne se gênent plus pour réclamer l'interdiction de se battre. Le mouvement est enclenché et rien ne pourra l'arrêter.
Je me suis déjà prononcé en faveur de la réduction des alignements pour éliminer les joueurs qui revêtent l'uniforme uniquement pour jeter les gants. Ce serait déjà un gros pas en avant. On ne peut prôner l'abolition des bagarres sans exiger des sanctions beaucoup plus sévères à l'endroit des joueurs coupables de coups illégaux. L'un ne va pas sans l'autre. Il faudra imposer des suspensions de 10, 15 et 20 matchs.
Il serait donc temps que le préfet de discipline Brendan Shanahan remplisse le mandat qui lui a été confié d'assurer la sécurité des joueurs. Il s'en est éloigné depuis quelques saisons avec des sentences bonbons à la Colin Campbell.
Problèmes à la ligne bleue
Le Canadien de Montréal a perdu son premier match de la saison, mais nous avons assisté à un excellent spectacle. La défensive me fait peur. Andrei Markov n'est plus l'ombre du joueur qu'il était. Il a ralenti et ne possède plus la rapidité pour réparer une erreur qu'il vient de commettre.
Josh George est très lent et les équipes adverses déploient des stratégies pour neutraliser P.K. Subban, de loin le meilleur défenseur de l'équipe. D'autres arrières devront se démarquer pour corriger la situation à la ligne bleue.
À l'avant, on équilibre les trios. Michel Therrien veut avoir trois bonnes lignes d'attaque. Je me demande s'il ne serait pas préférable d'avoir un gros trio qui réunirait les trois meilleurs attaquants de l'équipe. Le Canadien possède les éléments pour former ce trio. Max Pacioretty en ferait sûrement partie.
Carey Price a été correct dans la défaite du Canadien. Tu ne peux pas gagner à domicile en accordant quatre buts à l'adversaire. Il faut donc que Price soit au sommet de sa forme à chaque rencontre si le Canadien veut connaître une bonne saison.
On réalise déjà toute l'importance des matchs du Canadien à l'intérieur de son association et de sa division. On dit que le CH luttera avec les Maple Leafs de Toronto et quelques autres équipes pour une participation aux séries éliminatoires. Il a perdu son premier match à l'intérieur de sa division. Les Maple Leafs sont bien partis avec deux victoires dans l'association.
Débuts spectaculaires de Roy
Les débuts de Patrick Roy comme entraîneur dans la Ligue nationale ont été spectaculaires à tous les points de vue. Des débuts à l'image de Patrick Roy, un homme de hockey passionné et déterminé.
L'Avalanche a remporté une belle victoire et Patrick Roy a été accueilli en héros à son retour au Colorado. À la fin de la rencontre, il a menacé de s'en prendre à son vis-à-vis Bruce Boudreau, des Ducks d'Anaheim. Certains diront que c'est du stuff de junior, mais je ne m'en formalise pas. Avec Patrick Roy, il y a de l'action derrière le banc. Si ça bouge à cet endroit, tes chances d'avoir de l'action sur la glace sont beaucoup plus grandes.
On a vidé le Pepsi Center dans les quatre ou cinq dernières années. Patrick Roy a déjà commencé à le remplir de nouveau. Je ne serais même pas surpris que l'Avalanche prenne part aux séries éliminatoires. L'offensive pourrait compenser pour les lacunes défensives. On retrouve plusieurs bons jeunes attaquants au Colorado.
Patrick Roy et Joe Sakic veulent surprendre le monde du hockey. Patrick est déjà le personnage le plus populaire au Colorado. Sa passion et sa détermination sont contagieuses. Ses joueurs vont le suivre.
Patrick Roy était furieux après le match parce que Nathan MacKinnon aurait été victime d'un vicieux coup de genou. On prend soin de ce jeune surdoué, c'est l'avenir de l'équipe. Avant même l'ouverture du camp d'entraînement, on lui a enlevé une tonne de pression en l'informant qu'il commencerait la saison dans la Ligue nationale. On lui a même dit qu'il évoluerait au sein d'un troisième trio.
MacKinnon sait que son entraîneur a confiance en lui. C'est la même chose pour le vétéran Alex Tanguay, de retour au Colorado.
Content pour Bernier
Parmi les belles choses dans le hockey, il faut souligner le brio du gardien de but Jonathan Bernier à son premier match dans l'uniforme des Maple Leafs de Toronto. On lui a décerné la première étoile.
Bernier était déçu de ne pas jouer contre le Canadien. Il a sauté sur la chance qu'on lui offrait le lendemain pour faire bonne impression. C'est toujours plaisant de voir des jeunes de chez nous réussir dans la Ligue nationale.
Propos recueillis par Maurice Dumas