Thomas Vanek a été blanchi depuis qu'il s'est joint au Canadien. Il sera réuni à David Desharnais et Max Pacioretty contre les Bruins demain soir, au Centre Bell.

Vanek n'est pas un autre Kovalev

Ils commettent une erreur, ceux qui comparent Thomas Vanek à Alex Kovalev. Ce n'est pas pareil du tout. Vanek, c'est un marqueur naturel. Il dégaine rapidement et possède un tir foudroyant. Il ne fera jamais sauter le toit comme Kovalev le faisait avec ses feintes et son maniement du bâton, mais il va trouver le fond du filet régulièrement.
Contrairement à Kovalev, le nouvel ailier du Canadien de Montréal ne transporte pas la rondelle. Il se place au bon endroit sur la patinoire et décoche son lancer dès qu'il reçoit la rondelle. À la fin, on ne connaissait pas le véritable rôle de Kovalev. Il déjouait trois fois le même joueur et il n'avait plus de force en arrivant au filet adverse.
Un compteur naturel comme Vanek n'a pas avantage à transporter la rondelle. On se souvient de francs-tireurs comme Mike Bossy et Brett Hull. Plus près de nous, Michel Goulet faisait la même chose chez les Nordiques. Ces joueurs-là se dirigent au filet et dégainent dès la réception de passe.
Vanek sera une précieuse acquisition. Je dirais que le Canadien, les Blues de St.Louis, avec Ryan Miller, et le Lightning de Tampa Bay, avec Ryan Callahan, ont le plus profité des dernières transactions dans la Ligue nationale de hockey. Callahan signera un nouveau contrat à Tampa Bay et Martin St-Louis se cherche à New York. Je ne pense pas que le Lightning s'ennuie de lui.
Reste à savoir si Vanek demeurera au sein du même trio que Max Pacioretty. L'entraîneur Michel Therrien aimerait bien avoir deux bonnes lignes d'attaque, mais il est «pogné» avec certains problèmes. Lars Eller est toujours en léthargie et Tomas Plekanec ne produit pas beaucoup. Bon joueur d'équipe, efficace en défensive, ce dernier n'en donne pas assez en attaque. Je pense que les carottes sont cuites avec Daniel Brière et Brian Gionta. Ces deux joueurs ne seront pas de retour à Montréal, l'an prochain.
J'ai hâte de voir également ce qui va se produire avec Vanek à la fin de la saison. Le Canadien va faire des pieds et des mains pour le garder. On le dit attiré par le Minnesota. On verra!
Formule à repenser
La nouvelle formule des séries éliminatoires ne durera pas longtemps dans la LNH. Trop de bonnes équipes seront éliminées dès le premier tour puisque les équipes de deuxième et de troisième positions de chaque division joueront l'une l'autre en partant.
Si les séries démarraient ce matin, le Canadien affronterait le Lightning et les Blackhawks de Chicago seraient les adversaires de l'Avalanche du Colorado. On veut créer des rivalités et récompenser les champions de division, mais on pénalise de bonnes équipes dès la première ronde éliminatoire.
Je suis d'accord pour qu'on récompense les champions de division. La saison régulière doit signifier quelque chose. En augmentant le nombre d'équipes dans les séries éliminatoires, on pourrait ainsi mettre en place un système moins contraignant pour les formations de deuxième et de troisième positions de chaque division.
Double effet
La fameuse victoire du Canadien contre les Sénateurs d'Ottawa, samedi dernier, a eu un double effet. Elle a sorti les Sénateurs des séries et placé le Canadien dans les séries. Une telle remontée se produit une fois tous les cinq ans. La troupe de Michel Therrien doit maintenant batailler avec le Lightning pour s'assurer de l'exclusivité du deuxième rang dans la division Atlantique.
On se pose sûrement des questions à Ottawa. Après les séries éliminatoires du printemps dernier, on s'attendait à beaucoup plus de cette équipe. C'est évident que les gardiens de but n'ont pas accompli le même travail que l'an dernier. Pendant ce temps, Ben Bishop est étincelant à Tampa Bay.
Les Sénateurs devront également scruter le dossier Jason Spezza. Nommé capitaine de l'équipe pour succéder à Daniel Alfredsson, il connaît une saison ordinaire. La défensive en a arraché. Chris Phillips a paraphé une nouvelle entente même s'il a ralenti.
Attention aux Flyers!
Pitoyables en début de saison, les Flyers de Philadelphie effectuent une remontée spectaculaire. Ils seront des séries éliminatoires et ils seront alors à surveiller. Dans une courte période de quatre jours, ils viennent de vaincre les Penguins de Pittsburgh deux fois et les Blackhawks.
Claude Giroux, le leader des Flyers, a également démarré lentement. Il a retrouvé sa vitesse de croisière pour reprendre sa place chez les meilleurs compteurs du circuit Bettman.
Également capitaine, Giroux n'est pas l'unique responsable des succès de son équipe. Greg Berubé n'avait l'air de rien comme joueur, mais il s'en tire bien derrière le banc. La défensive s'est améliorée et le gardien de but Steve Mason abat de la bonne besogne devant le filet.
Les Flyers possèdent trois bons trios et le jeune Sean Couturier est devenu un joueur important au sein de l'équipe. Les forces offensives sont bien réparties grâce à la contribution de plusieurs joueurs. Wayne Simmonds, Scott Hartnell, Brayden Schenn, Jakub Voracek et Matt Read s'inscrivent régulièrement à la feuille de pointage. Vincent Lecavalier fait également sa part. Bref, une équipe en progression!
Propos recueillis par Maurice Dumas