Valérie Doran est passée par la géographie, l'orientation et le counseling avant de se lancer dans la fabrication de bijoux pour les mamans à cause des enfants qui mettent tout dans leur bouche.

Valérie Doran passionnée des relations humaines

Si la géographie ne la passionnait pas, ce ne fut pas le cas lorsqu'elle a changé de programme pour l'orientation et le counseling. La psychologie, la nature humaine, la relation d'aide n'ont eu de cesse d'allumer la passion de Valérie Doran pendant le baccalauréat et la maîtrise.
Le feu la dévore tout autant aujourd'hui même si son parcours l'a mené à se lancer en affaires, dans les bijoux pour les mamans ayant de jeunes enfants et dans les accessoires que les enfants peuvent mordiller sans danger.
De conseillère en orientation à chef d'entreprise, il y avant un grand pas à franchir, mais un pas qui lui parait toujours plein de sens aujourd'hui. 
«J'ai adoré mes études. J'étais vraiment dans mon domaine. Ma formation m'a vraiment permis de structurer ma pensée et mon organisation dans le monde affaires. Même si c'est dans l'univers de la psychologie et des relations humaines», ajoute la jeune femme animée d'une grande verve. «Les relations humaines, c'est essentiel en affaires autant avec les clients et les fournisseurs qu'avec les employés.»
Dans un parcours atypique, Valérie Doran a commencé à travailler avec des adolescents comme conseillère en orientation dans une école secondaire privée dès la fin de ses stages à la maîtrise en 2009. «Dans une école où les ressources sont limitées, je ne pouvais pas me limiter à l'orientation scolaire. J'étais conseillère pour bien des éléments et à plusieurs point de vue. Ce fut une expérience formidable avec les adolescents. Ils ont la vie devant eux et je les accompagnais dans ces étapes», exprime-t-elle avec beaucoup de joie dans la voix.
Puis, elle postule un emploi au gouvernement du Québec pour se retrouver dans une équipe de ressources humaines dans le développement de nouvelles approches. Une autre expérience où elle a tout à apprendre dans l'accompagnement des gestionnaires dans les changements et même dans les transitions professionnelles. Cette étape la préparait à sa propre réorientation de carrière.
À la fin de 2012, alors que son deuxième enfant allait de naître, elle se lance en affaires avec Bulles Bijouterie pour mamans, car elle constate que les bijoux et les enfants ne font pas toujours ménage. Les petits veulent toujours les attraper pour les mettre dans leur bouche. «J'ai voulu créer des bijoux que les mamans aimeraient porter et qui pourraient résister au fait d'être mâchouillés, grignotés, touchés et tirés par nos petits coquins, sans être abimés», expose-t-elle sur son site Web. De plus, elle vient de lancer une nouvelle division sous le nom Ma bulle à moi avec des bijoux sensoriels pour les enfants ayant des besoins particuliers.
À l'automne 2014 voyant que l'entreprise prospérait, elle s'inscrit pour faire partie des invités à l'émission Dans l'oeil du dragon afin de dénicher un partenaire d'affaires. Elle l'a trouvé en Danièle Henkel au printemps 2015. Elle y est retournée en 2016 pour montrer la progression de son entreprise. «Mon entreprise me tient vraiment à coeur, avoue-t-elle, mais ce n'est pas mon bébé, car j'en ai trois à la maison, dont le petit dernier âgé de trois mois et qui m'accompagne au bureau tous les jours. Mon entreprise, c'est une façon de m'accomplir.»
Si sa formation universitaire ne la préparait pas comme tel au monde des affaires, elle a permis à Valérie Doran d'aller chercher les outils pour être capable de développer sa fibre entrepreneuriale. «Dans mes stages, j'ai appris à me développer dans le feu de l'action, à me débrouiller et à me structurer. Ce que j'ai appris dans mes années d'études me sert toujours, surtout avec mon passage à la maîtrise», précise-t-elle.
Elle mentionne aussi tout le support reçu à l'université pendant l'élaboration de son projet avec Entrepreneuriat Laval. «Le fait d'être supportée dans mes démarches par l'université et d'être reconnue par l'institution m'a beaucoup aidée dans mon parcours professionnel. Ce qui est majeur, c'est que mon domaine d'études était axé sur la personnalité humaine et le développement social. J'ai beaucoup appris et cela me sert dans la vie tous les jours», conclut-elle.