Unis pour la vie par la force

Quand elle était toute petite, Ashleay Dollard était déjà une fan de Star Wars et rêvait d'épouser Han Solo. En 2012, la jeune femme a réalisé son rêve avec un mariage inspiré de l'univers de George Lucas et lors duquel son mari Guillaume Tremblay était vêtu comme le personnage popularisé par Harrison Ford.
«Mon père m'a fait écouter les films quand j'avais quatre ans, et j'ai tout de suite adoré. Je suis restée accrochée et, donc, c'était tout naturel d'avoir ce thème pour mon mariage», raconte la femme de 28 ans qui a fait son entrée dans la chapelle du Musée de l'Amérique francophone au son de la Marche impériale et au bras de son père vêtu en... Darth Vader.
Il faut dire que son Han Solo de Guillaume est tout aussi maniaque de Star Wars qu'elle. «Il est fan de Star Wars depuis moins longtemps que moi puisqu'il a commencé à s'y intéresser quand il avait 11 ans. Cependant, il est bien meilleur que moi pour se rappeler toutes les citations et un paquet de trucs du genre.»
Ashleay avoue d'ailleurs qu'au début de leurs fréquentations, Guillaume avait été agréablement surpris d'entendre la sonnerie du téléphone cellulaire de sa nouvelle copine, qui jouait la Marche impériale. Les amoureux venaient de découvrir qu'ils étaient tous les deux unis par la force.
Refusés par l'Église
Les tourtereaux auraient bien aimé unir leurs destinées à l'église, mais il semblerait que les religions catholique et Jedi soient incompatibles... «On est allé voir deux prêtres et les deux nous ont revirés de bord en disant : "Voyons! C'est sérieux ici! On ne se marie pas en Star Wars!"» raconte Ashleay.
Ils ont donc opté pour la chapelle désacralisée où aucun détail n'avait été laissé de côté: des Storm-troopers étaient présents, ainsi que Obi-Wan Kenobi, Chewbacca, Boba Fett et même Darth Maul. Le gâteau de noces avait la forme de l'Étoile de la mort et les alliances étaient ornées des célèbres répliques de la princesse Leia et de Han Solo dans L'empire contre-attaque: «I love you» et «I know».
<p>La résidence d'Ashleay, de Guillaume et de leur fille de trois ans Zoé (non, elle ne s'appelle quand même pas Leia...) est un véritable sanctuaire dédié à l'oeuvre de George Lucas.</p>
Évidemment, la résidence d'Ashleay, de Guillaume et de leur fille de trois ans Zoé (non, elle ne s'appelle quand même pas Leia...) est un véritable sanctuaire dédié à l'oeuvre de George Lucas, leur sous-sol étant gardé en permanence par des mannequins vêtus de costumes de Darth Vader et d'un Stormtrooper. En cette période de l'année, on y ajoute même un arbre de Noël coiffé d'une Étoile... de la mort, bien sûr!
«J'avais hérité des jouets de mon frère plus vieux et j'avais aussi convaincu mon père d'acheter un casque de Boba Fett. Maintenant, moi et Guillaume avons plein d'items de collection. On est des gros bébés, finalement!» raconte-t-elle en riant.
L'événement
Pour de tels amants de Star Wars, la sortie prochaine de l'épisode VII, Le réveil de la force est tout un événement. «Pour se préparer, on a fait un marathon Star Wars et on s'est tapé les épisodes 4, 5, 2, 3 et 6 dans cet ordre en laissant tomber le 1, une suggestion d'un site Web qui permet de donner une nouvelle vision de la série. On a complété ça par Spaceballs, la parodie de Mel Brooks.»
Les collègues de travail d'Ashleay, qui connaissent sa passion pour Star Wars, se sont aussi fait un devoir de placer la nouvelle bande-annonce sur leurs ordinateurs la journée de sa sortie. «Eh oui, nous avons nos billets. Mais nous n'avons malheureusement pas réussi à en avoir pour la première du 17 décembre. Cependant, nous serons là le 18», précise-t-elle.
Les Tremblay-Dollard rêvent aussi déjà du futur parc d'attractions consacré à Star Wars que Walt Disney, propriétaire de la franchise depuis 2012, projette d'ouvrir en Floride et en Californie. «Ça, c'est certain qu'on veut y aller avec notre fille, qui elle aussi adore .»
La force a donc déjà été transmise à la nouvelle génération...