Une pinte, s'il vous plaît

Le ciel est bas. Un petit crachin insignifiant nous trempe jusqu'aux os. Et non loin à l'est, un arc-en-ciel semble provoquer l'orage qui va bientôt nous tomber dessus. Les champs sont séparés par des murets de pierre, il y en a tellement que l'on dirait qu'il pousse de la roche dans les champs où la couleur verte est dominante. Un cottage au toit de chaume donne le ton à ces lieux remplis de mythologie. Je suis en Irlande, et un pub pas très loin nous attend.
J'ai trouvé que c'est dans cette région, avec celle de la Bavière, où boire une bière est comme une religion. L'ambiance, la convivialité, la gentillesse et, évidemment, une Guinness font de ces endroits un lieu inimitable rempli de poésie.
Des musiciens dans un coin jouent du violon, de la flûte ou de l'accordéon, entamant les rythmes traditionnels et semblent jouer seulement pour eux.
«Vous savez ce que dit un proverbe de chez nous?» me glisse l'un d'entre eux. Sans attendre ma réponse, il enchaîne : «Si vous n'aimez pas le temps irlandais, patientez cinq minutes, ça va passer.»
Et son copain, avec quelques bières d'avance, renchérit : «On dit souvent des Irlandais qu'ils absorbent aussi bien la bière que la terre irlandaise absorbe la pluie.» On ne manque pas d'humour non plus.
Puis du coin de l'oeil, le souriant barman irlandais m'explique que servir une bière est un art. «Tirage très lent, remplissage du verre en deux temps, pour qu'une mousse crémeuse se forme, attente de quelques minutes et là, seulement là, le plaisir peut commencer.»
«Pour faire de la bière, il faut principalement de l'eau, des céréales, du houblon et des levures», me dit Dan Lowing le chef maître brasseur de chez Archibald, accompagné de son collègue Frédéric.
Les deux mains dans l'orge, le blé, le seigle ou l'avoine, les deux spécialistes m'expliquent que certaines de ces céréales peuvent être grillées afin d'obtenir des bières avec des goûts plus prononcés, fumés ou boisés. Le maltage, le brassage, la fermentation et la maturation suivront afin d'obtenir des bières ale ou lagger. Le processus prendra environ un mois selon le produit désiré. «Suivant les saisons, nous produisons des bières de circonstance [Octoberfest], plus ou moins forte.»
<p>Joue de boeuf braisé à la bière</p>
Heureux mariage
La cuisine et la bière font des associations heureuses. Ma grand-mère en mettait dans la pâte à crêpes de sarrasin, ça les rendait plus légères, expliquait-elle. Ce qui donnait aussi un bon prétexte à mon oncle pour prendre une bière. «Mariage mets et bière oblige», plaidait-il l'oeil malicieux.
Au temps où je récoltais mon miel, j'avais pensé que faire une bière avec le nectar des abeilles aurait été superbe, j'ai manqué de temps. Néanmoins, j'ai repris ces deux éléments avec un mijoté de lapin auquel j'ai ajouté des pruneaux. Quelle bière choisir?
Il n'y a pas de règle, tout dépend de ce que vous recherchez en amertume, en profondeur de saveur ou en légèreté. Une chose est sûre, vous pouvez la cuisiner de l'entrée au dessert. Elle peut remplacer le vin dans beaucoup de circonstances.
«Nous avons beaucoup de plats confectionnés avec la bière», me raconte ainsi Jean-Claude Crouzet, directeur de la restauration chez Archibald. La joue braisée et la sauce des ailes de poulet sont faites avec une rousse, la pâte du fish and chips avec une blonde, la marinade du saumon fumé avec une blanche également ou bien le gâteau aux épices avec la veuve noire, genre Guinness.»
Au cours des dernières années, les microbrasseries se sont multipliées. Peu importe leur personnalité, leur couleur, leur goût, leur nom ou leur présentation, nous nous sommes approprié ces nouvelles vagues de saveur. Cela rejoint parfaitement le mouvement des produits artisanaux et du terroir, diront certains, qui se sont développés au Québec depuis une vingtaine d'années. Pourquoi ne pas les marier?
Trempé jusqu'aux os, mon barman irlandais me présente une pinte bien remplie et commence à jaser. Finalement, il fait toujours chaud autour d'une bière! Et au fond, peut-être avons-nous tous un peu de sang irlandais...
Archibald
- À Lac-Beauport : 1021, boulevard du Lac; Tél. : 418 841-2224
- À Québec : 1240, autoroute Duplessis; Tél. : 418 877-0123
- À Montréal : à l'aéroport P.-É.-Trudeau à Montréal