Une photo de migrants remporte le prix World Press Photo

Un photographe indépendant australien a reçu le prestigieux prix World Press Photo pour son cliché émouvant de migrants transportant un bébé en dessous d'une clôture en barbelés à la frontière entre la Serbie et la Hongrie.
La photo en noir et blanc - qui n'a jamais été publiée - a été prise par Warren Richardson le 28 août près du poste-frontière de Roszke, en Hongrie. Les migrants tentaient alors d'entrer en Europe avant que les autorités hongroises ne puissent installer la barrière le long de frontière avec la Serbie.
M. Richardson a raconté qu'il n'avait pas utilisé le flash de son appareil photo, puisque cela aurait révélé la présence des migrants aux policiers. Le photographe est resté plusieurs jours à la frontière pour immortaliser le passage des migrants.
Afin de préserver les piles de son appareil, M. Richardson n'avait pas visionné le cliché jusqu'à ce qu'il retourne à la maison, à Budapest, pour retoucher ses photos.
Le membre du jury et éditeur photo adjoint chez Al Jazira America, Vaughn Wallace, a parlé d'une image «puissante visuellement» tout en étant «très nuancée». Selon M. Wallace, la photo force «à s'arrêter et à regarder le visage de l'homme et l'enfant».
Le jury du concours devait étudier 82 951 photos soumises par 5775 photographes.
Controverse
La compétition de l'an dernier avait été marquée par la controverse entourant l'élimination d'un cliché qui était censé présenter le décor de Charleroi, en Belgique, mais le photographe avait finalement admis que la photo avait été prise à Bruxelles.
Lars Boering, directeur général de la Fondation World Press Photo, a affirmé que le concours avait établi un nouveau code d'éthique, cette année, pour assurer l'intégrité des images. Il a d'ailleurs salué les photographes pour s'être soumis à ces règles, ajoutant qu'il y avait eu moins de problèmes que l'année dernière.
Plusieurs gagnants de la catégorie Nouvelles avaient pour thème la crise des migrants et l'une de ses causes principales, la guerre civile en Syrie.
Mais le concours a permis de présenter d'autres sujets moins connus, dont les lutteurs au Sénégal et le hockey amateur en Russie.