Le restaurant La Cuisine dans le quartier Saint-Roch

Une autre Cuisine sur l'avenue Myrand

Pour le défi et pour rejoindre une nouvelle clientèle, le couple propriétaire du restaurant La Cuisine dans le quartier Saint-Roch ouvrira, d'ici la fin de l'été, une deuxième succursale, sur l'avenue Myrand.
Mireille Cyr et Ronan Bonnette ont confirmé, dimanche, au Soleil leurs intentions de doubler leur offre en fondant une cuisine additionnelle, et ce, à quelques pas de l'Université Laval. 
«Ça faisait un bout que l'on voulait ouvrir dans un quartier étudiant, sans perdre l'esprit de notre restaurant. L'occasion s'est présentée et on a acheté, en juin, le bloc où se trouvait le Ciné-Cure café-vidéothèque», a raconté Ronan Bonnette, propriétaire et fondateur du restaurant avec sa conjointe.
Le 840, avenue Myrand correspondait parfaitement à ce qu'ils recherchaient pour recréer la même ambiance que La Cuisine qu'ils ont ouverte il y a huit ans. «On ne voulait pas un esprit de centre d'achat. On garde le même concept, même menu, même bière, même prix et le même décor», a-t-il expliqué en soulignant d'ailleurs que la nouvelle succursale portera simplement le nom de L'autre Cuisine. 
«On n'avait pas de nom pour le premier resto, on l'appelait la cuisine en attendant de trouver. Le nom est resté. Même histoire pour le deuxième, on l'appelait simplement l'autre cuisine, raconte M. Bonnette. C'est venu naturellement.»
Si le nouveau est un calque de celui de la basse ville, Ronan Bonnette assure toutefois que le quartier donnera une touche unique à son deuxième restaurant. 
Ouvrir avant la rentrée
Les rénovations sont déjà commencées dans le local et, «si tout se passe bien, sans pépin», l'ouverture officielle devrait avoir lieu d'ici la rentrée universitaire. «On vise la fin août ou le début septembre», a-t-il estimé.
Comme sur la rue Saint-Vallier, L'autre Cuisine comptera une cinquantaine de places à l'intérieur ainsi qu'un peu plus d'une vingtaine à l'extérieur. L'Atomik Tattoo demeure locataire au deuxième étage. Les nouveaux usages de l'espace disponible au sous-sol, espace également occupé par le Ciné-Cure café-vidéothèque jusqu'à la mi-juin, restent encore à déterminer.
Presque toujours à leur bistro-bar, sur le plancher avec leurs employés, Mme Cyr et M. Bonnette espèrent que la réputation de leur «comfort food à bon prix» leur permettra de se faire connaître en haute ville un peu plus rapidement que pour leur premier bébé. «On avait misé sur un quartier Saint-Roch un peu endormi, s'est-il rappelé. Mais aujourd'hui, c'est un succès et tout le monde sait que ça bouge dans Saint-Roch.»  
Mireille Cyr a précisé que la prochaine étape était l'obtention de tous les permis avant l'ouverture. «C'est pas toujours facile», a-t-elle lancé. 
Avec Olivier Parent