Alex Harvey a poursuivi sur sa lancée en terminant troisième de la poursuite de 35 km, vendredi, sur les pistes italiennes menant à Toblach.

Un troisième podium en cinq étapes pour Alex Harvey au Tour de ski

Même s'il prévoit toujours ne pas prendre le départ de la dernière épreuve du Tour de ski, dimanche, le fondeur Alex Harvey continue de laisser son empreinte sur la Grande boucle blanche comme en témoigne sa troisième place de la poursuite de 35 km, vendredi matin, dans les pistes menant de Cortina à Toblach, en Italie.
Ce troisième podium en cinq étapes lui confère le troisième rang du cumulatif, derrière les Norvégiens Martin Johnsrud Sundby et Petter Northug Jr, les deux premiers à croiser le fil d'arrivée de la longue poursuite.
«Ç'a bien été, je suis satisfait de ma journée. J'étais content d'avoir de bonnes sensations physiques, mais aussi d'avoir les skis qui me permettaient de me battre pour le podium jusqu'à la fin. Il s'agit d'une course difficile avec 18 km de montée sans arrêt et aucune récupération. Si tu es physiquement dans le rouge un peu trop tôt, tu exploses complètement, ce qui avait été mon cas lors des deux dernières années. J'étais content de pouvoir rester avec le groupe de chasse et à la fin, j'avais encore assez d'énergie pour avoir un bon sprint», expliquait au Soleil celui qui n'a concédé la deuxième place à Northug que par cinq dixièmes de seconde.
À l'approche des Jeux olympiques de Sotchi, la condition physique de celui qui a ramené un chrono d'une heure 21 minutes et 16 secondes lui envoie des signaux positifs.
«Cette année, la base est vraiment là, je récupère bien après chaque étape et l'entraînement qu'on a fait cet été me rapporte, en ce moment. Il n'y a pas trop de variation, la constance est là. Les Jeux approchent vite, c'est dans un mois, et à date, je peux dire que ça va bien», analysait Harvey lorsqu'il a été rejoint à bord du motorisé de l'équipe canadienne.
Un retrait anticipé
Après le 10 km classique, samedi, Harvey fera probablement l'impasse sur l'abrupte ascension de 9 km de l'Alpe Cermis, dimanche, en clôture d'événement. Un problème de circulation sanguine dans l'artère iliaque gauche l'amène à jouer de prudence, comme l'an passé.
«Jusqu'à présent, le plan est de ne pas faire la dernière course. On verra après le 10 km classique, où les conditions risquent d'être difficiles parce qu'on prévoit 30 cm de neige et une température de 0 °C et peut-être qu'on aura des skis extraordinaires alors que ceux des autres ne fonctionneront pas, mais le plan est de sauter la dernière étape.»
Ce faisant, il renoncerait ainsi à grimper sur le podium du Tour de ski. Qu'importe, il a déjà atteint la plupart de ses objectifs depuis le début de cette compétition ayant commencé par une victoire au prologue de 4,5 km du 28 décembre, à Oberhof, en Allemagne.
«Un peu comme l'an passé, c'est au Tour que j'avais eu mon premier podium de la saison et quelques top5. Cette année, la forme est là. J'ai fait trois podiums et je suis toujours dans les trois premiers au cumulatif depuis le début du Tour, c'est vraiment une preuve que le plan va bien. Pour ce qui est du cumulatif, je faisais une croix dessus en sachant que je ne ferais pas la dernière étape. L'idée, c'était plutôt d'obtenir de bons résultats à chaque étape, ce que j'ai réussi», assurait Harvey, qui a été suivi au fil par ses coéquipiers Devon Kershaw (23e) et Ivan Babikov (28e).