Jean-Paul Dutrisac, président de l'Office des professions du Quebec, veut assurer la prévention optimale du public dans son plan d'actions.

Un plan pour les prochaines années

Pour les prochaines années, l'Office des professions s'est donné un plan d'action. Certaines mesures et actions viennent des recommandations de la Commission Charbonneau qui a soulevé de nombreuses inquiétudes concernant les ingénieurs et leur ordre.
Le premier élément qui intéresse l'office concerne la prévention et la protection optimale du public. «La prévention optimale évite l'utilisation de moyen curatif comme les plaintes au syndic. Cela passe par la formation continue des membres pour que leurs connaissances soient à jour. Il y aussi la formation obligatoire sur l'éthique et la déontologie», lance le président de l'office, Jean-Paul Dutrisac. 
«Nous rencontrons les conseils d'administration des ordres pour souligner ce qu'ils font de bien et les encourager dans cette ligne. En même temps, nous relevons les lacunes à corriger.»
L'autre étape touche la confiance du public. «Il faut rétablir et maintenir la confiance du public dans les différents ordres et dans l'office», continue-t-il. 
«Ce sont des services professionnels et tout montre que le système fonctionnement bien. Il faut des améliorations avec le temps. Le système professionnel doit aussi s'adapter à l'évolution des connaissances et à l'évolution de la population. Cela fait partie de notre mission de surveillance et de conseil.»