Véronique DiCaire a mis toute la gomme pour la chanson de Joan Jett I Love Rock'n Roll.

Un peu de la Strip à Québec avec Véronic DiCaire

Entre l'Europe et Las Vegas, Véronic DiCaire en a fait et défait des valises dans les trois dernières années. Sachant qu'elle revenait dans notre coin du monde pour une tournée hivernale, l'imitatrice a pris soin d'emballer dans ses bagages une bonne dose de glamour puisée chez les voisins du sud et de quoi renouer avec le public d'ici: des cordes vocales bien entraînées, quelques nouvelles voix et une proposition franchement divertissante, nourrie d'énergie dansante et de nostalgie.
Les prestations qu'elle offre en résidence au Bally's de Las Vegas faisant relâche pour trois mois, l'imitatrice a choisi d'emporter un petit bout de la Strip au Québec. Elle s'est ainsi installée mardi au Capitole, et ce, jusqu'au 16 mars, avec une version remodelée du spectacle La voix des autres. Une nouvelle supplémentaire a été ajoutée le 12 mars.
Ceux qui l'ont vue sur la même scène en 2009 retrouveront certaines des voix fétiches de l'imitatrice, mais dans un emballage scénique renouvelé, notamment par la présence de six danseuses. Céline Dion est bien entendu présente (plus rigoureusement que jamais), Ginette Reno revient faire son tour, pas très loin des Britney Spears, Vanessa Paradis, Patricia Kaas et d'une impressionnante Piaf invitée pour le rappel.
Alors qu'un segment sur les années 80 et 90 fait place aux idoles d'hier (France Gall, Pat Benatar, Joan Jett, Jano Bergeron et Cie), un autre axé sur les téléréalités musicales laisse plutôt place aux vedettes montantes (Brigitte Boisjoli, Valérie Carpentier, Lisa LeBlanc). Entre les deux, DiCaire ratisse large et ne ménage pas ses efforts : on doit s'incliner devant ses interprétations particulièrement efficaces de Shakira, de Zaz, de Lara Fabian, d'Isabelle Boulay, de Madonna et de Lady Gaga.
Travail chorégraphique
Véritable bête de scène, Véronic DiCaire excelle dans les segments musicaux, qui sont heureusement majoritaires. Même quand une imitation s'avère moins précise (ce qui est plutôt rare...), elle captive son public par sa gestuelle, par sa présence, par le travail chorégraphique qu'elle accomplit en chantant.
De quoi rendre superflus les numéros où elle se la joue humoriste, nettement plus faibles en comparaison. À un moment, elle donne voix à la soeur d'André Sauvé et à la grand-mère de Mike Ward. À un autre, elle incarne par vidéo une animatrice de télé communautaire qui traduit en direct le gala des Grammys. Une introduction trop longue qui retarde indûment ce qu'on souhaite vraiment voir et entendre : les imitations de Beyoncé, de Lady Gaga, de Katy Perry ou de Pink (renversante, elle aussi).
Pourtant, Véronic DiCaire sait être vraiment drôle. La preuve réside dans ce numéro où elle s'amuse à changer les paroles de chansons. Gros coup de coeur pour Diane Dufresne qui chante du Carmen Campagne sur l'air d'Oxygène et pour Isabelle Boulay qui revisite Le saule à la sauce André Guitar. Du bonbon.