Les soeurs Noémi et Audrey Bélanger.

Un pesticide aurait causé la mort des soeurs Bélanger, reconnaît la Thaïlande

Audrey et Noémi Bélanger, deux touristes québécoises retrouvées sans vie dans un hôtel thaïlandais en juin 2012, ont vraisemblablement été tuées par un pesticide, a indiqué Radio-Canada, mercredi.
Un porte-parole du ministère de la Santé de la Thaïlande a indiqué que l'explication la plus plausible du décès des deux soeurs est une intoxication sévère à un produit chimique qui appartient à la famille des pesticides.
Le produit aurait été utilisé pour tuer des punaises dans les chambres de l'hôtel.
Les deux soeurs originaires de Pohénégamook, au Bas-Saint-Laurent, sont mortes deux jours après leur arrivée sur l'île de Phi Phi en Thaïlande.
Le père des victimes, Carl Bélanger, a toujours soupçonné les pesticides, a ajouté la télévision d'État.
Les enquêteurs thaïlandais auraient rejeté les autres hypothèses comme l'empoisonnement alimentaire, l'intoxication au DEET, un insecticide mélangé dans un cocktail.
Selon Radio-Canada, les deux jeunes Québécoises ont probablement été intoxiquées par du phosphure d'aluminium, un produit qui, au contact de l'air ou de l'humidité, dégage un gaz mortel, la phosphine.
Le gouvernement thaïlandais aurait offert un montant de 20 000 $ aux parents des soeurs Bélanger. L'offre a été refusée, M. et Mme Bélanger préférant que l'hôtel où sont mortes leurs deux filles soit sanctionné.