L'une des grandes forces stratégiques de René Angélil aura été de tout de suite viser le marché américain pour Céline Dion.

Un modèle pour les entrepreneurs du Québec

Au-delà du fait qu'il a été le mari et le gérant de Céline Dion, René Angélil est considéré par François Colbert, professeur titulaire au département de marketing de l'École des Hautes Études commerciales de Montréal, comme un modèle pour tous les entrepreneurs québécois.
«L'exemple de René et Céline est un modèle, car il démontre que c'est possible de percer au niveau international, peu importe où on est né. Ça dépend de notre vision et de notre capacité à créer des réseaux. René Angélil était quelqu'un qui voyait grand», explique M. Colbert au Soleil.
Pour lui, l'artiste est indissociable de son imprésario. «Céline n'aurait jamais pu arriver où elle est, c'est-à-dire l'une des artistes les plus en vue partout dans le monde, sans René. Et René n'aurait pas pu accomplir ce qu'il a accompli sans Céline. D'un côté, il y a le talent brut de l'artiste, et de l'autre l'esprit entrepreneurial et l'audace de son gérant.»
Selon François Colbert, l'une des grandes forces stratégiques de René Angélil aura été de tout de suite viser le marché américain pour Céline Dion. «Il fallait du flair et du guts pour faire ce qu'il a fait, pour aller au-delà de la relation Québec-France et pour accepter de convaincre une artiste francophone de chanter en anglais.»
M. Colbert estime que c'est grâce à ce flair que Angélil a démontré avec Céline Dion que plusieurs autres artistes lui ont fait confiance, à lui et à ses associés des Productions Feeling. 
Têtu et persévérant
Le professeur rappelle que le gérant a également su utiliser un réseau de contacts qu'il s'était créé au fil des années. «Que ce soit aux États-Unis ou même au Japon, un pays qu'il avait visité avec René Simard. Et il était assez têtu pour aller frapper à des portes et persévérer même s'il se faisait dire non.»
«De ce que j'en sais également, René Angélil était un homme affable qui se faisait des amis facilement, quelqu'un à qui, spontanément, les gens faisaient confiance. Ce sont là aussi des qualités importantes quand vient le temps de monter un réseau de contacts, et encore davantage au niveau international.»
Et même si Céline Dion passait une bonne partie de l'année en résidence à Las Vegas, le couple le plus puissant du show-business québécois n'a jamais renié ses racines, rappelle-t-il. 
«On n'a qu'à penser au Colosseum du Caesars Palace, à Las Vegas, qui a été construit pour Céline par une entreprise québécoise, Sceno Plus. René Angélil savait ce que les entrepreneurs québécois étaient capables de le faire», termine-t-il.