Le demi défensif du Rouge et Or football de l'Université Laval Mohamed Zerbo

Un joueur du Rouge et Or coupable de violence conjugale

Le demi défensif du Rouge et Or football Mohamed Zerbo a reconnu avoir commis des voies de fait sur son ex-conjointe. Le juge a accepté sa demande d'absolution conditionnelle.
L'étudiant en service social a plaidé coupable à une accusation de voies de fait et de bris de promesse.
Une violente dispute éclate le 4 novembre 2012 entre le joueur de football et sa conjointe. 
Selon le récit fait par le procureur de la Couronne, Me Éric Beauséjour, la jeune femme veut expulser Zerbo parce que selon elle, il ne fait aucune tâche dans l'appartement. 
Choqué, le joueur de 24 ans se met à décrocher des photos de lui sur les murs et bouscule sa conjointe.
En voulant reprendre de force son téléphone cellulaire, il tord le bras de la jeune femme.
Alertés par des voisins, les policiers se présentent. Une plainte sera déposée même si la conjointe refuse de collaborer.
Zerbo s'était vu interdire de communiquer avec la victime alléguée. Le couple a quand même décidé de se revoir le 25 mars 2013.
Ils se sont à nouveau engueulés au point où Mohamed Zerbo s'est mis à lancer les effets personnels de sa conjointe à l'extérieur de l'appartement.
La défense et la poursuite se sont entendues pour recommander une absolution conditionnelle à ce que le joueur accomplisse 50 heures de travaux communautaires.
L'absolution conditionnelle permettra à Zerbo de voir son casier judiciaire blanchi trois années après la fin de la probation de six mois.
Cette mesure aidera l'étudiant à concrétiser son plan de carrière, soit devenir agent de probation, a indiqué son avocat, Me Ibrahima Dabo.
«Je vais me rendre à la suggestion, mais ça ne doit pas contribuer à banaliser les gestes que vous avez posés», a insisté le juge Pierre Verdon.
Après cinq ans comme demi-défensif, utilisé surtout comme réserviste, Mohamed Zerbo n'était plus admissible au programme football, précise Mathieu Tanguay, responsable des communications pour le Rouge et Or.
Aucune sanction n'est donc prise contre le joueur, qui ne fait plus partie de l'équipe.
Les cas d'Alex Skinner et Michel Savard, toujours actifs, seront eux traités lorsque le processus judiciaire sera terminé, indique Mathieu Tanguay. Les deux joueurs sont accusés d'avoir tabassé un policier de Lévis en civil à la sortie d'un bar.